Environnement de travail

Hausse des prix, retards de livraison… c’est quoi ce bazar ?

transport logistique d approvisionnement
©enanuchit
Publicités
bannière podcast rat
Accueil » Hausse des prix, retards de livraison… c’est quoi ce bazar ?

Temps de lecture estimé : 12 minutes

Récemment, un grand distributeur français a envoyé un mail à ses abonnés. Il y annonce une hausse des prix des solutions de lutte antiparasitaire. En cause, une augmentation inédite du prix des matières premières, des emballages et des transports. Que se passe-t-il sur le marché ? La lecture d’un article de PCT Magazine online (États-Unis) portant sur la rupture de chaine d’approvisionnement nous met sur la voie.

Auteur : Hélène Frontier

L’article de PCT Magazine online évoque des problèmes météos qu’a connu le continent américain. Nous choisissons de ne pas développer ce point, pour des raisons pratiques. Mais il est à noter que ces événements climatiques ont joué un rôle qui a entraîné des répercussions sur l’approvisionnement des matières premières, d’une manière globale.

La rupture de la chaine d’approvisionnement est mondiale

Plusieurs événements ont affecté les chaînes d’approvisionnement mondiales. Désormais, il faut plus de temps pour acquérir des véhicules, des équipements et des matériaux. Cela coûte souvent plus cher aussi. Et les répercussions peuvent être assez lourdes sur votre entreprise de gestion antiparasitaire.

Qui pouvait prévoir la pénurie de puces électroniques semi-conductrices ? La demande sans précédent des consommateurs et les fermetures d’usines liées à la Covid ont rendu presque impossible l’obtention de véhicules utilitaires.

Qui pouvait prévoir qu’un gigantesque cargo bloquerait le canal de Suez en Égypte ? A la suite de cet incident, il faudra des semaines pour obtenir la plupart des marchandises. « Je ne pense pas qu’une seule catégorie de nos produits n’ait été affectée d’une manière ou d’une autre », déclare un distributeur de solutions de lutte antiparasitaire aux USA.

A titre d’exemple, les pénuries de plastique font rage. Pourquoi ? Les mesures sanitaires ont engendré des fermetures d’entreprises car leur activité n’était pas considérée comme essentielle par les autorités. « La demande de polymère a donc fortement et rapidement chuté, en Europe comme ailleurs », explique le site Polyvia (Union des transformateurs de polymères).

En février 2020 une vague de froid historique a paralysé la pétrochimie dans le Golfe du Mexique. Cet événement climatique a interrompu les importations de polyoléfines (famille de matières plastiques la plus importante) produites aux États-Unis. Cette interruption est toujours en cours actuellement.

La reprise économique au printemps 2020 a fait monter la demande de polymères, et les stocks des pétrochimiques ont commencé à fondre. Enfin, la crise du fret maritime impacte négativement la pétrochimie mondiale et n’est pas près de toucher à sa fin, d’après les experts.

Des problèmes d’approvisionnement dès le début de la crise sanitaire

Les professionnels de la lutte antiparasitaire ont commencé à remarquer des problèmes d’approvisionnement début 2020. Ils cherchaient alors des équipements de protection individuelle : des masques, des combinaisons, des gants. En raison de la pandémie, le monde entier demandait soudainement ces équipements standards pour les interventions de lutte antiparasitaire.

Ensuite, il est devenu plus difficile d’obtenir des équipements, des fournitures et des dispositifs d’exclusion des nuisibles (proofing) fabriqués avec des composants en acier, en laiton, en plastique et en caoutchouc.

Les pompes sont prêtes ; ils n’ont tout simplement pas de boulons pour les assembler.

Un distributeur de solutions de lutte antiparasitaire américain avait 400 pompes de pulvérisateur en rupture de stock en juillet. « Les pompes sont prêtes ; ils n’ont tout simplement pas de boulons pour les assembler », a-t-il expliqué.

L’approvisionnement en pulvérisateurs à dos était un problème pour certains prestataires de service américains. L’un d’eux indique avoir subi des retards pour le remplacement des batteries des perceuses 60 volts. Son équipe en a besoin pour creuser des trous pour les stations d’appâtage des termites. « Il est assez difficile d’utiliser un produit fonctionnant sur batterie sans la batterie », a-t-il déclaré ironiquement.

Une opératrice déclare ne pas avoir pu acheter de nouveaux appareils permettant de localiser les stations d’appâts anti-termites enterrées pour remplacer celles qui étaient défectueuses. La pénurie était nationale, a-t-elle déclaré, bien que les gens en aient « tellement besoin ».

Il était encore plus difficile de trouver des utilitaires. Certains prestataires ayant eu un problème sur leur véhicule ont dû conduire leur berline jusqu’à la fin de la réparation. Ce n’est pas une situation idéale…

Les perturbations de la chaîne d’approvisionnement ont également rendu difficile l’obtention d’ingrédients pour les produits chimiques. Certains prestataires ont connu des pénuries de produits biocides et des retards avec la plupart des partenaires fabricants. Heureusement les perturbations n’ont pas interrompu leur capacité à fournir des services.

En aval de la chaîne d’approvisionnement

Covid et arrêt des usines : pénurie de matières premières

C’est une véritable tempête qui s’est abattue sur la chaîne d’approvisionnement mondiale.

Tout d’abord, la pandémie a perturbé la main-d’œuvre et fermé des usines dans le monde entier. D’après PCT Magazine online, la Chine est un acteur majeur dans la fabrication de pyréthrine. C’est le plus grand fournisseur de cette molécule. « La fermeture de plusieurs usines en Chine affecte les chaînes d’approvisionnement mondiales », rapportait Research and Markets, une société internationale d’études de marché, en octobre 2020.

De nombreux fabricants de biocides font appel à des producteurs tiers pour fabriquer des produits. Et s’ils ne disposent pas de tous les composants nécessaires à la production, ils perdent leur place dans le calendrier de production. En outre, certaines installations de conditionnement ont donné la priorité à la production de produits de désinfection.

Covid et transport : pénurie de main d’œuvre

Le transport a été un énorme problème. « La logistique est un désastre et ce depuis mars de cette année », déclare un fabricant de solutions de lutte contre les insectes. C’est à ce moment-là que l’énorme porte-conteneurs Ever Given a bloqué le canal de Suez pendant près d’une semaine. Il empêchait les navires et les conteneurs de passer et a bloqué ainsi les fournitures de matériaux.

Un fabricant de produits chimiques de spécialité américain indique que des problèmes logistiques ont rendu difficile les importations. Il importe des matières premières d’Asie et des produits fabriqués dans ses installations en Israël, en Europe et en Inde. Comme il ne pouvait pas garantir les réservations, il devait prioriser ce qui était expédié, laissant parfois les matériaux nécessaires et prêts à être expédiés chez les fournisseurs. Une fois les matériaux arrivés aux États-Unis, la congestion des ports et la rareté des conducteurs routiers de matières dangereuses ont causé davantage de retards.

Les camions livrant vers et depuis les entrepôts et aux clients ont été bloqués en raison de la Covid et de la pénurie de chauffeurs. Selon le rapport d’avril 2021 du Bureau of Labor Statistics, le transport routier a perdu environ 42 500 emplois en 2020 aux États-Unis. L’essor du e-commerce n’a pas aidé. En effet, il a poussé la demande de transport à un niveau record. En conséquence, certains fabricants se sont tournés vers le fret aérien pour transporter des matériaux et des produits. Et cela est considérablement plus cher.

Lire également : Amazon est-il une menace dans la lutte antiparasitaire ?

Dérèglements de l’offre et la demande

La demande des consommateurs a également eu un impact. Au début de la pandémie, la demande de produits en général a stagné. Ensuite, elle a bondi à des niveaux sans précédent, en raison de la demande en attente et grâce aux fonds de relance du gouvernement. Cela a pris au dépourvu les fabricants de tous les secteurs. Et cela a également mis la pression sur un système d’approvisionnement déjà limité.

Un scénario similaire s’est déroulé dans l’industrie de lutte antiparasitaire. L’année dernière, la demande a considérablement augmenté. D’après PCT Magazine online, cette demande accrue concernait notamment les matériaux et les dispositifs aux USA.

Cette demande imprévue et certaines pénuries de matières premières a représenté un défi pour tout le monde.

Ainsi, les fabricants de tous les secteurs ont commencé à acheter davantage de matières premières, ce qui a aggravé les pénuries. Un grand nom de la lutte antiparasitaire a parlé d’effet « papier toilette » pour les fabricants. En effet, ils accumulaient des matériaux parce qu’ils ne savaient pas quand ils pourraient ensuite se les procurer. « Un comportement rationnel qui entraîne un déséquilibre entre l’offre et la demande et aggrave les choses », a-t-il expliqué.

La chaîne d’approvisionnement est complexe car tout est lié.

Des coûts plus élevés et des délais plus longs

Les coûts augmentent en conséquence

Les prix de la résine, en juillet, avaient augmenté de plus de 40% et étaient rares.

C’est une équation facile : plus il y a de perturbations, plus c’est cher. Tous les coûts de fabrication et de transport des produits ont augmenté et continuent d’augmenter. « Les prix de la résine, en juillet, avaient augmenté de plus de 40% et étaient rares », a écrit un fabricant international de produits de lutte contre les rongeurs, dans un e-mail.

Le coût d’expédition d’un conteneur maritime a grimpé en flèche. Selon le Drewy World Container Index, en septembre, certains coûts moyens avaient subi une augmentation allant jusqu’à 344 % par rapport à l’année dernière.

Certains fournisseurs de matières premières ont eu l’air de savoir tirer parti de cette situation. Même avec des commandes d’achat confirmées en main, ils ont augmenté les prix des matériaux avant l’expédition. Et pour obtenir le matériel, il fallait accepter de le payer plus cher.

L’inflation est partout, les prix augmentent

Ces coûts ont pu jusqu’à maintenant être absorbés. Mais les fabricants de produits antiparasitaires ont annoncé des augmentations de prix. Les prestataires ressentent déjà les effets. L’inflation concerne dans tous les domaines : essence, produits, tout. Elle est partout. Et personne ne sait combien de temps elle va durer.

Les distributeurs de solutions de contrôle anti nuisibles devraient également augmenter leurs prix. « Notre société a essayé de maintenir les prix stables et a absorbé les augmentations pour essayer d’offrir des prix compétitifs à l’utilisateur final », a déclaré l’un d’entre eux dans PCT Magazine online. À un moment donné, cependant, les coûts doivent être répercutés…

La chaine d’approvisionnement du côté des prestataires de service

Les problèmes d’approvisionnement signifient également que les techniciens hygiénistes connaissent plus de commandes en souffrance et de ruptures de stock sur une large gamme d’articles. Les retards et les pénuries concernent plusieurs marchés. Les fabricants essayent de faire ne sorte que tous les clients obtiennent les produits dont ils ont besoin, même si ces produits ne sont pas tous ceux qu’ils veulent.

Cependant tous les prestataires de service n’ont pas été affectés par ces problèmes de chaîne d’approvisionnement. Certains avaient des stocks excédentaires, des contrats qui protégeaient les prix ou utilisaient des matériaux non touchés par des pénuries.

Le timing était également un facteur. Si vous deviez changer votre flotte des véhicules cette année, vous avez ressenti une perturbation de la chaîne d’approvisionnement beaucoup plus que les autres.

Même si les distributeurs et les fabricants de solutions anti nuisibles se sont efforcés de minimiser l’impact sur les prestataires, ces derniers doivent prêter attention aux problèmes de la chaîne d’approvisionnement. Sinon ils pourraient être pris au dépourvu. Et beaucoup de personnes ne savent pas qu’il s’agit d’un problème mondial.

Chaine d’approvisionnement : comment s’annonce l’avenir

L’approvisionnement en matières premières et produits finis s’améliore, heureusement.

Certains fabricants ont déclaré à PCT Magazine online que l’industrie de la lutte antiparasitaire dispose de plus de stocks pour certains produits et dispositifs de contrôle des nuisibles. En effet, davantage d’entreprises sont désormais disposées à conserver des stocks. Cela réduirait leur besoin de commander des produits, donnant à l’offre une chance de rattraper son retard, selon certains fabricants.

Malgré cela, des coûts plus élevés devraient persister. Aux USA par exemple, des gants jetables sont disponibles, mais leur prix a augmenté de façon exponentielle. Même si le prix a chuté depuis la pénurie, ils coûtent encore le double de ce qu’il était il y a un an et demi, d’après un prestataire à Phoenix.

Megan J. Provost, présidente de RISE (Responsible Industry for a Sound Environment), a commenté les problèmes de chaîne d’approvisionnement à PCT par courrier électronique :

« Les membres de l’industrie chimique ont été touchés par des problèmes de chaîne d’approvisionnement liés à la pandémie de Covid-19, à des pénuries de main-d’œuvre et à des événements météorologiques extrêmes dans les endroits où les intrants et les matières premières chimiques sont produits. Pendant que l’industrie s’efforce de relever ces défis, les professionnels de la lutte antiparasitaire devraient continuer à disposer des produits dont ils ont besoin pour servir leurs clients. »

L’augmentation des coûts des plastiques et des matières premières va donc durer un certain temps. La hausse des coûts de main-d’œuvre aura un impact sur les prix à long terme. Et les coûts de main-d’œuvre, une fois qu’ils augmentent, ne diminuent pas… En outre, le transport restera un point de pression majeur.

Et puis il y a des variants émergents de la Covid-19. Une autre série de blocages potentiels (arrêts ou confinements) dans le monde pourrait être « catastrophique » s’ils devaient prolonger les problèmes de la chaîne d’approvisionnement.

Les entreprises développent de nouveaux modèles d’exploitation pour soutenir la résilience de la chaîne d’approvisionnement. Le risque et la capacité à y résister doit être assimilé. En effet, tout indique que les perturbations de différents types, sortes et ampleurs seront la nouvelle norme.

Les fabricants de solutions anti-nuisibles font de leur mieux pour contrôler les éléments contrôlables afin de minimiser l’impact sur leurs clients, à la fois distributeurs et prestataires de service.

La perturbation peut toutefois offrir des opportunités. Chaque fois que le marché fléchit, si vous êtes le fournisseur qui livre, vous allez obtenir les parts de marché !

 

Source : PCT Magazine online ­| Polyvia

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
54
Bravo
15
Instructif
37
Intéressant
56

Découvrez aussi

commentaires clos