Rat

Le rat est l’un des nuisibles les plus problématiques et nocifs dans le monde, en particulier dans les grandes villes. Il mange et contamine la nourriture, endommage les structures et les propriétés, et transmet des parasites et maladies à d’autres animaux ou aux humains. Les rats vivent et prospèrent dans une grande variété de conditions climatiques. On les trouve souvent autour ou dans les maisons et autres bâtiments, dans les fermes, dans les jardins et les champs.  

Généralités sur le rat

Les habitudes du rat 

Comme la souris, le rat est actif surtout la nuit. Il a une mauvaise vue, mais il compense avec ses autres sens qui sont très affutés : l’ouïe, l’odorat, le goût et le toucher. Un rat explore et apprend constamment. Il est capable de mémoriser les emplacements des sentiers, les obstacles, les endroits où trouver de la nourriture, de l’eau, des abris et les caractéristiques de son environnement. 

Les rats détectent rapidement les nouveaux objets et les nouveaux aliments et ont tendance à les éviter. Les rats bruns et les rats noirs présentent tous les deux cet évitement des nouveaux objets, mais ce phénomène, appelé la néophobie, est généralement plus prononcé chez les rats noirs.

Les deux espèces de rats peuvent pénétrer dans les structures en rongeant, en grimpant, en sautant ou en nageant dans les égouts et en entrant par les toilettes ou les canalisations cassées. Alors que les rats de Norvège sont de très bons nageurs, les rats des greniers, plus agiles, sont de meilleurs grimpeurs.

Les rats bruns et les rats noirs ne s’entendent pas. Le surmulot est plus gros et c’est l’espèce la plus dominante. Dans un combat entre les deux, il tuera un rat des greniers. Lorsque les deux espèces occupent le même bâtiment, les rats bruns peuvent dominer le sous-sol et le rez-de-chaussée, les rats noirs occupent le grenier ou les deuxième et troisième étages. Contrairement aux idées reçues, les deux espèces ne peuvent pas se croiser. Elles peuvent partager quelques ressources alimentaires mais ne se nourrissent pas côte à côte. Les rats peuvent attraper de la nourriture et l’emporter pour se nourrir ailleurs.

Les rats des deux espèces, en particulier les jeunes individus, peuvent se glisser sous une porte avec un espace de seulement 1,5 cm. Si la porte est en bois, le rat peut la ronger pour agrandir l’espace, mais cela n’est pas forcément nécessaire.

Alimentation du rat 

Le rat brun mange un peu de tout, mais préfère les céréales, la viande, le poisson, les noix et certains fruits. Lorsqu’il recherche de la nourriture et de l’eau, il le fait généralement dans une zone entre 30 et 45 mètres de diamètre, il se déplace rarement à plus 90 mètres de son terrier ou de son nid. 

Le rat noir mange également une grande variété d’aliments, mais lui préfère les fruits, les noix, les baies, les limaces et les escargots. Le rat noir aime particulièrement l’avocat et les agrumes, et mange souvent des fruits qui se trouvent encore sur l’arbre. Lorsqu’il se nourrit d’une orange mature, il fait un petit trou dedans pour pouvoir retirer complètement le contenu du fruit, et laisse la peau évidée accrochée à l’arbre. Il mange souvent la peau du citron et laisse la chair du fruit aigre sur l’arbre. 

Le rat noir parcourt souvent jusqu’à 90 mètres pour se nourrir. Il peut vivre dans le jardin d’une résidence et se nourrir dans une autre. Il est souvent aperçu la nuit, le long des lignes électriques aériennes ou des sommets de clôture. Il a un excellent sens de l’équilibre grâce à sa longue queue qu’il utilise pour se stabiliser. Il se déplace plus vite que le rat brun et est un bon grimpeur, ce qui lui permet d’échapper rapidement aux prédateurs. Il peut vivre dans un arbre ou un grenier et descendre pour aller chercher de la nourriture.

Identification et cycle de vie du rat

On ne voit pas souvent les rats, mais on peut repérer des signes de leur présence assez facilement. Pour cela, il faut comprendre leur mode de vie et savoir comment ils s’adaptent.

En France, les deux qui concernent la lutte antiparasitaire sont le rat brun et le rat noir. Il est important de les distinguer afin de choisir la méthode de gestion la plus efficace.

Le rat brun ou rat de Norvège

Le rat brun ou rat de Norvège (Rattus norvegicus), parfois aussi appelé rat d’égout, est un rongeur trapus, plus gros que le rat des greniers. Il creuse des terriers qui se trouvent le long des fondations des bâtiments, sous les déchets ou les tas de bois, dans les zones humides à l’intérieur et autour des jardins et des champs. Il recouvre parfois son nid de papier déchiqueté, de tissu ou d’un autre matériau fibreux. Lorsque les rats bruns envahissent les bâtiments, ils restent généralement au sous-sol ou au rez-de-chaussée, car ils sont très mauvais grimpeurs.   

La femelle du rat brun a en moyenne entre 4 et 6 portées par an, et peut sevrer plus de 20 petits chaque année.

Le rat noir ou rat des greniers

Le rat noir ou rat des greniers (Rattus rattus) est légèrement plus petit que le rat de Norvège. Contrairement à ce dernier, le rat des greniers a une queue plus longue que sa tête et son corps réunis. C’est un grimpeur très agile, qui vit et se cache généralement au-dessus du sol, dans les arbustes, les arbres et les végétations denses comme le lierre. Dans les bâtiments, on trouve généralement les rats noirs dans les espaces clos ou surélevés tels que les greniers, les murs, les faux plafonds et les armoires. Le rat noir vit dans une zone géographique plus limitée que le rat brun, il préfère les climats plus chauds et influencés par l’océan.

La femelle du rat noir a en moyenne entre 3 et 5 portées par an, avec 5 à 8 petits par portée, mais cela dépend de nombreux facteurs.

rat brun sur un tronc d'arbre

Rat Brun

rat noir

Rat Noir

 

 

 

 

 

Le rat brun et le rat noir peuvent se retrouver dans les mêmes zones. Il y a plusieurs moyens pour identifier l’espèce si vous n’êtes pas sûr :

– cherchez les rats la nuit avec une lampe torche

– piégez quelques rats

– étudiez les fèces (vous pouvez également les envoyer pour un diagnostic qui, à partir de l’ADN présents dans les excréments, déterminera l’espèce en présence)

Vous pourrez reconnaître les différences physiques entre les deux espèces, à l’aide du tableau ci-dessous.

Tableau de comparaison des caractéristiques du rat brun et du rat noir

Comparaison des caractéristiques du rat des greniers et du rat de Norvège

Le rat est beaucoup plus gros que la souris commune ou le campagnol des prés, mais il arrive de confondre un jeune rat avec une souris. En général, les rats très jeunes ont une grosse tête et des pieds en proportion avec leur corps, tandis que les adultes sont proportionnellement plus petits. Les rats et les souris rongent tous deux le bois. Mais les rats laissent des marques de dent beaucoup plus grandes que les souris.

comparaison entre le rat brun et le rat noir

Infestation et nuisances du rat

Comment repérer une infestation de rats ? 

Les rats sont actifs tout au long de l’année. Il faut donc vérifier périodiquement les signes de leur présence. Lorsque les rats envahissent un jardin ou un espace vert, ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils n’envahissent la maison, à moins que la maison soit vraiment très bien protégée. L’expérience a montré que plus le contrôle des rats est pris en charge tôt, plus leur gestion est facile. Il faut moins de temps pour lutter contre les rongeurs si on les repère rapidement (avant que leur nombre ne devienne trop élevé). Comme ils sont moins nombreux, il y a besoin de moins de pièges et de moins d’appâts.

Il faut inspecter le jardin et la maison soigneusement. Interrogez votre client et si la réponse à l’une des questions suivantes est oui, des rats sont sûrement présents :

  • Trouvez-vous des excréments de rongeur autour de la nourriture pour vos animaux de compagnie ?
  • Entendez-vous des bruits venant du grenier juste après le crépuscule ?
  • Avez-vous trouvé des restes de nid de rat lors du démontage de votre pile de bois de chauffage ?
  • Votre chien ou chat ramène-t-il à la maison des carcasses de rats morts ?
  • Il y a-t-il des preuves que les rongeurs se nourrissent de fruits ou de noix qui tombent des arbres de votre jardin ?
  • Voyez-vous des terriers parmi les plantes ou des légumes endommagés lorsque vous travaillez dans votre jardin ?
  • Voyez-vous des rats le long des lignes électriques ou sur le dessus des clôtures au crépuscule ou peu après ?
  • Avez-vous trouvé des nids de rats derrière des boîtes ou dans des tiroirs du garage ?
  • Y a-t-il des taches causées par les rats qui frottent leur fourrure contre les poutres, les charpentes, les tuyaux et les murs ? 
  • Voyez-vous des terriers sous votre tas de compost ou sous la poubelle ?
  • Y a-t-il des excréments de rats ou de souris dans vos bacs de recyclage ?
  • Avez-vous déjà eu à retirer un rat noyé de votre piscine ou de votre spa?
  • Voyez-vous des preuves qu’un rongeur a creusé sous votre cabane à outils de jardin ou la niche du chien ?

Dommages du rat

Les rats mangent et souillent les denrées alimentaires des hommes et des animaux. Ils endommagent également les conteneurs et les matériaux d’emballage dans lesquels se trouve la nourriture. Les deux espèces rongent les fils électriques et les structures en bois comme les portes, les rebords, les coins et les matériaux des murs et plafonds. Ils déchirent aussi l’isolation des murs et plafonds pour la nidification.

Le rat de Norvège peut affaiblir les fondations et les dalles des bâtiments en creusant ses galeries et terriers. Il peut ronger tous les types de matériaux, y compris les métaux mous tels que le cuivre et le plomb, ainsi que le plastique et le bois. Les rats noirs préfèrent nicher en hauteur et creusent rarement des terriers. Leurs habitats préférés sont les greniers, les arbres et les arbustes ou les vignes envahies par la végétation. Les zones résidentielles ou industrielles avec un espace vert leur offrent un excellent habitat, tout comme la proximité des berges et des ruisseaux. 

Si les rats noirs vivent dans le grenier d’une résidence, ils peuvent causer des dommages considérables avec leurs activités de rongement et de construction de nids. Ils endommagent également les cultures maraîchères et les plantes ornementales.

Parmi les maladies que les rats peuvent transmettre aux humains ou au bétail, on trouve le typhus murin, la leptospirose, la salmonellose (intoxication alimentaire) et la fièvre par morsure de rat (une zoonose due à Streptobacillus moniliformis). La peste est une maladie que les rats des greniers et les rats bruns peuvent porter.

Rat : Prévention et risques

Une stratégie de dératisation efficace comprend généralement trois éléments : des mesures d’hygiène, l’herméticité des bâtiments et, si nécessaire, le contrôle des populations.

Hygiène

L’hygiène est fondamentale pour la dératisation. Si les mesures d’hygiène ne sont pas continues, les autres mesures ne serviront à rien et les rats reviendront rapidement. Un bon entretien ménager à l’intérieur et autour des bâtiments réduira les abris et les sources de nourriture disponibles pour les rats. 

L’entreposage soigné et hors sol des tuyaux, du bois de construction, du bois de chauffage, des caisses, des boîtes, de l’équipement de jardinage et d’autres articles ménagers contribuera à réduire l’attrait de la zone pour les rats et facilitera leur détection. Il faut ramasser fréquemment les ordures, les déchets et les débris du jardin. Toutes les poubelles doivent être munies de couvercles bien ajustés. 

Lorsque les chiens sont gardés et nourris à l’extérieur, les rats peuvent devenir un problème si l’accès à leur nourriture est facile. Il est recommandé de ne donner à son animal de compagnie que la quantité de nourriture qu’il est capable de manger en une seule fois, et de stocker les aliments dans des récipients hermétiques.

Pour les rats des greniers en particulier, l’éclaircissement de la végétation dense rendra l’habitat moins désirable. Les haies grimpantes sur les clôtures ou les bâtiments sont propices aux infestations de rats noirs et doivent être éclaircies ou enlevées si possible, tout comme les branches d’arbres en surplomb à moins d’un mètre du toit. Il faut séparer les plantes à croissance dense les unes des autres et des bâtiments par une distance de 60 cm ou plus. Cela rendra plus difficile le déplacement des rats.

Herméticité des bâtiments 

La méthode la plus efficace et la plus durable pour lutter contre les rats dans les structures est l’exclusion, c’est-à-dire le fait de les empêcher d’entrer. Scellez les fissures et les ouvertures dans les fondations du bâtiment, ainsi que toutes les ouvertures pour les conduites d’eau, les fils électriques, les tuyaux d’égout, les tuyaux d’évacuation et les aérations. Tous les trous de plus de 0,5 cm doivent être scellés, afin d’exclure les rats et les souris domestiques. 

Assurez-vous que les portes, les fenêtres et les moustiquaires sont bien ajustées. Leurs bords peuvent être recouverts de tôle pour remédier au rongement. La laine d’acier grossière, le grillage et la tôle légère sont d’excellents matériaux pour colmater les brèches et les trous. Les rats de Norvège et les rats des greniers sont susceptibles de ronger les feuilles de plastique, le bois, le calfeutrage et d’autres matériaux moins robustes.

Les rats et les souris domestiques étant d’excellents grimpeurs, les ouvertures situées au-dessus du niveau du sol doivent également être bouchées. La protection contre les rats noirs, en raison de leur plus grande capacité à grimper, nécessite généralement plus de temps pour trouver les points d’entrée que pour les rats bruns. Les rats noirs pénètrent souvent dans les bâtiments par la toiture, il faut donc s’assurer que tous les points d’accès dans le toit sont scellés. 

Pour protéger leur maison contre les rongeurs, vos clients doivent :

– réparer ou remplacer toutes les grilles d’aération 

– protéger le vide sanitaire avec une couverture bien ajustée

– sceller toutes les ouvertures autour des tuyaux, des câbles et des fils qui passent à travers les murs

– installer des pare-étincelles aux cheminées

– s’assurer les bouches d’aération et les filtres sont en bon état

– s’assurer que toutes les portes extérieures sont bien ajustées et ne laissent pas de jour au bas

Traitements contre le rat

Lorsque la nourriture, l’eau et les abris sont disponibles, les populations de rats peuvent augmenter rapidement. Ainsi, limiter l’accès à ces ressources et l’accès aux bâtiments sera le moyen le plus durable de contrôler les rats. Cependant, un contrôle direct de la population est souvent nécessaire.

Pour contrôler les rats à l’intérieur, il est préférable d’utiliser des pièges. Lorsque des rodonticides (appâts toxiques) sont utilisés dans les structures, les rats peuvent mourir dans des endroits inaccessibles tels que les murs ou les plafonds. Par temps chaud, la puanteur d’un rat mort peut être insupportable et nécessiter de percer un trou dans le mur pour retirer la carcasse. De plus, les ectoparasites tels que les puces et les acariens se trouvant sur le rat peuvent infester toute la maison si la carcasse n’est pas retirée rapidement.

Piégeage du rat

Le piégeage est la méthode la plus sûre et la plus efficace pour lutter contre les rats à l’intérieur et autour des maisons, garages et autres structures. 

En général, les jeunes rats ne peuvent pas être piégés avant l’âge d’un mois environ, moment où ils quittent le nid pour s’aventurer à la recherche de nourriture. C’est à ce moment-là que les pièges s’avèrent efficaces.

Bien choisir où positionner les pièges

Les meilleurs endroits pour poser les pièges sont les zones isolées où les rats sont susceptibles de se déplacer et de chercher un abri. Les excréments, les rongements et les dégâts indiquent la présence de rongeurs. Les zones où l’on trouve de telles preuves sont généralement les meilleurs endroits pour poser des pièges, surtout si elles sont situées entre leurs abris et leurs sources de nourriture. Placez les pièges dans les voies de passage habituelles, comme le long des murs, afin que les rongeurs passent directement sur la gâchette du piège.

Pour les rats bruns, placez les pièges près des murs, derrière des objets, dans les coins sombres et dans les endroits où des signes de présence de rats, comme des excréments, ont été observés. Placez les pièges le long d’un mur de manière à ce qu’ils partent du mur à angle droit, l’extrémité de la gâchette touchant presque le mur. Si les pièges sont placés parallèlement au mur, ils doivent être placés par paires afin d’intercepter les rongeurs qui se déplacent dans les deux sens.

Pour les rats noirs, les meilleurs emplacements pour les pièges sont hors du sol, dans des endroits où les rats peuvent descendre de leur nid pour trouver de la nourriture – comme sur des rebords, des étagères, des branches, des clôtures, des tuyaux ou des poutres suspendues – où ils peuvent être fixés avec des vis ou du fil de fer. Dans les maisons, les combles du grenier et du garage proches de l’infestation sont de bons sites de piégeage. Dans les zones où les enfants, les animaux domestiques ou les oiseaux risquent d’entrer en contact avec les pièges, placez-les dans une boîte ou utilisez une barrière pour les tenir à l’écart.

Mettre en place les pièges 

Utilisez autant de pièges que possible pour que le temps de piégeage soit court et décisif. Une douzaine de pièges ou plus peuvent être nécessaires pour une maison fortement infestée. Placez les pièges à rats à une distance de 3 à 6 mètres les uns des autres. Si un rat déclenche un piège sans se faire prendre, il sera très difficile de l’attraper à nouveau avec un piège. Pour réduire la néophobie, une stratégie consiste à laisser les pièges appâtés mais non posés jusqu’à ce que l’appât ait été pris pendant la nuit. Pour éviter d’utiliser trop peu de pièges, si l’appât a été pris dans tous les pièges, doublez le nombre de pièges appâtés exposés, et continuez ainsi jusqu’à ce qu’il reste quelques pièges sans appât ; alors amorcez et posez tous les pièges.

Commencez par trouver un appât attrayant. Plusieurs produits homologués existent actuellement sur le marché. Essayez de savoir quelles ressources alimentaires le rongeur convoite chez votre client afin de trouver un appât tout aussi appétent, si ce n’est plus, et éviter ainsi la concurrence alimentaire.

Les pièges à pression peuvent être utilisés à l’infini, ils sont donc moins coûteux que les appâts empoisonnés, mais demandent plus de travail. Les pièges peuvent être installés et laissés indéfiniment dans des endroits tels que les greniers où les rats ont posé problème par le passé. Le piège simple en bois, de la taille d’un rat, est l’option la moins coûteuse, mais certaines personnes préfèrent les nouveaux pièges à rat en plastique, à capture unique, car ils sont plus faciles à installer et à nettoyer. Les pièges à glissière en plastique sont particulièrement efficaces, mais, peu importe le type de piège utilisé, le plus important est de trouver les meilleurs emplacements pour poser les pièges. 

Les pièges à électrocution contre les rats

Les pièges qui tuent les rats par électrocution sont plus chers que les autres pièges, mais certains propriétaires, gestionnaires de bâtiments commerciaux et entreprises de lutte antiparasitaire ont constaté qu’ils donnaient de bons résultats. Comme pour les pièges à ressort, il est important, pour les populations de rongeurs existantes, d’utiliser un nombre suffisant de pièges pour obtenir un contrôle rapide. Ces pièges doivent être vérifiés fréquemment, et les rongeurs morts doivent être retirés pour être éliminés.

Ne touchez pas les rongeurs à mains nues et lavez-vous soigneusement les mains après avoir manipulé les pièges. Utilisez des gants jetables pour manipuler les rongeurs morts. Eliminez les rats morts en les enterrant ou en les plaçant dans un sac en plastique fermé et en les mettant à la poubelle.

Les pièges à glu

Les pièges à glu, qui fonctionnent sur le même principe que le papier tue-mouches, ne sont pas recommandés pour lutter contre les rats. D’une part, ils sont beaucoup moins efficaces pour les rats que pour les souris. D’autre part, les principaux inconvénients des pièges à glu et des autres pièges à capture vivante est que le rat piégé ne meurt pas toujours rapidement. Vous devrez le tuer. De plus, les rats pris dans des pièges à colle peuvent se débattre pendant un certain temps, traînant souvent le piège pour tenter de s’échapper. Aussi, lorsqu’ils sont utilisés à l’intérieur, les chats et les chiens peuvent entrer dans la colle et la traîner dans la maison. A l’extérieur, les pièges à colle peuvent capturer des lézards, des oiseaux et d’autres animaux sauvages non ciblés.

Les pièges à capture vivante

Les pièges à capture vivante ne sont pas préférables, car les rats piégés doivent être tués sans cruauté ou relâchés ailleurs. Il n’est pas recommandé de relâcher les rats à l’extérieur, car ils peuvent poser des problèmes de santé aux personnes, aux animaux de compagnie et aux autres animaux domestiques.

Traitements chimiques contre le rat

Le piégeage est généralement recommandé pour lutter contre les rats à l’intérieur. Mais lorsque leur nombre autour d’un bâtiment est élevé, il peut être nécessaire d’utiliser des appâts toxiques (rodonticides) pour obtenir un contrôle adéquat. Cela est particulièrement vrai s’il y a une réinfestation continue à partir des zones environnantes.

Les appâts destinés à lutter contre les rongeurs sont formulés avec un attractif (généralement de la nourriture) et un rodonticide (poison). Des changements dans la réglementation sur les rodonticides sont entrés en vigueur en 2013 (règlement européen sur les produits biocides ou BRP) dans le but d’avoir une procédure et des exigences harmonisées dans tous les pays membres de l’Union européenne.

Rodonticides anticoagulants

Les anticoagulants sont des médicaments qui fluidifient le sang. Ils font perdre au sang d’un animal sa capacité à coaguler, et entraînent une hémorragie interne fatale. Ces substances actives sont utilisées à des niveaux très faibles et l’apparition des symptômes est retardée de plusieurs jours. Par conséquent, le rongeur n’évite pas l’appât à cause de l’apparition de la maladie. Lorsqu’ils sont préparés avec des céréales et d’autres ingrédients de bonne qualité, les appâts anticoagulants permettent un contrôle efficace. Les appâts doivent être frais et sont placés à des endroits appropriés de manière à attirer les rats.

L’utilisation de ces rodonticides est strictement encadrée en France. Le ministère de l’Environnement a décidé certaines mesures d’atténuation, qui invitent les prestataires professionnels 3D possédant le certibiocide, à privilégier des produits moins dangereux dans certains cas.

La stratégie recommandée d’application de l’appât, souvent nécessaire pour une lutte optimale contre les rongeurs, peut entraîner l’ingestion par le rongeur d’une surdose d’anticoagulants de deuxième génération. Ceux-ci sont plus efficaces en partie parce qu’ils persistent plus longtemps dans l’organisme du rongeur que les anticoagulants de première génération. Ils peuvent donc aussi être dangereux pour les prédateurs et les charognards, qui peuvent consommer les rongeurs empoisonnés. Ce risque d’intoxication secondaire lié aux anticoagulants, ainsi que le risque d’intoxication primaire (ingestion directe d’appâts par des animaux non ciblés), sont considérablement réduits lorsque les appâts sont appliqués et utilisés correctement, conformément aux instructions figurant sur l’étiquette.

Les anticoagulants ont le même effet sur presque tous les animaux à sang chaud, mais la sensibilité à ces substances toxiques varie d’une espèce à l’autre. Les grands animaux nécessitent généralement une plus grande dose de substance toxique que les petits. Les chiens sont plus sensibles à l’empoisonnement par les anticoagulants que de nombreux autres mammifères. Par ailleurs, les chiens de petite et moyenne taille qui recherchent et consomment des rongeurs ou des carcasses de rongeurs pourraient être les plus exposés. 

Les symptômes de l’empoisonnement aux anticoagulants chez les mammifères comprennent la léthargie, la perte de couleur des tissus mous tels que les lèvres et les gencives, et des saignements de la bouche, du nez ou du tractus intestinal. La vitamine K1 est l’antidote des rodonticides anticoagulants, bien que dans les cas d’empoisonnement grave, une transfusion de sang total soit également utilisée.

Autres rodonticides 

Deux autres ingrédients actifs sont enregistrés et utilisés comme rodonticides pour lutter contre les rats et les souris domestiques en France : le cholécalciférol et l’alphachloralose (pour la souris domestique).

Bien qu’il ne s’agisse pas d’anticoagulants, les modes d’application du cholécalciférol sont quelque peu similaires à ceux des rodonticides anticoagulants. Ces deux produits sont formulés pour servir de rodonticides chroniques, de sorte que les rats auront l’occasion de se nourrir des appâts exposés une ou plusieurs fois sur une période d’un à plusieurs jours. L’acceptation des appâts est généralement bonne lorsque ce sont des produits frais et de bonne composition.

Bien que le risque d’empoisonnement secondaire pour les prédateurs et les charognards soit faible en raison du mode d’action de ces deux rodonticides, un risque primaire pour les animaux non ciblés (c’est-à-dire les animaux de compagnie, les animaux domestiques et les animaux sauvages) qui peuvent consommer les appâts pour rongeurs peut survenir lorsque les précautions requises concernant la mise en place des appâts ne sont pas respectées.

Placement des pièges et stations d’appâtage

Tous les appâts rodonticides doivent être utilisés avec précaution, conformément aux instructions figurant sur l’étiquette, qui sont devenues plus spécifiques et plus restrictives. Certains appâts doivent être contenus dans des stations d’appât pour toutes les applications extérieures, hors sol. En plus d’augmenter la sécurité de l’appât, les stations d’appât aident également les rats à se sentir en sécurité lorsqu’ils se nourrissent.

Placez tous les postes d’appâtage sur les voies de passage des rats ou à proximité de leurs terriers et de leurs abris. Les rats ne feront aucun détour pour aller chercher les appâts.

Pour les surmulots, placez les postes d’appâtage près des terriers des rongeurs ou des sites de nidification présumés, contre les murs ou le long des voies de passage. Pour les rats des greniers, placez les appâts dans des endroits élevés, par exemple dans l’entrejambe d’un arbre, au sommet d’une clôture ou en haut d’une vigne. Si vous placez des stations d’appâts au-dessus du sol, veillez à ce qu’elles soient solidement fixées et ne tombent pas sur le sol où les enfants ou les animaux domestiques pourraient les trouver. Comme les rats se méfient souvent des objets nouveaux ou inconnus, il faut parfois plusieurs jours pour qu’ils pénètrent dans les postes d’appâtage et s’y nourrissent.

Même s’il est impossible d’exclure les rongeurs des structures, la lutte contre les rats ne peut plus être accomplie en installant des stations d’appât permanentes dans et autour des bâtiments. La fin de l’appâtage permanent est une mesure propre à la France. Elle résulte des décisions de l’ANSES lors du renouvellement des AMM rodonticides dans l’objectif de préserver les anticoagulants, limiter les phénomènes de résistances et inciter aux bonnes pratiques. Bien que très contestée, les professionnels doivent respecter cette disposition, sous peine d’amende en cas de contrôle. 

Avec les appâts anticoagulants de première génération, il faut généralement 5 jours ou plus, une fois que les rats commencent à se nourrir, pour qu’ils meurent. Vérifiez régulièrement les postes d’appâtage et remplacez les appâts si nécessaire, car les rats ne mangent pas les appâts périmés.

Les appâts et les postes d’appâtage font désormais l’objet de réglementations plus restrictives concernant les lieux d’utilisation. Différents modèles de stations d’appâtage fabriquées commercialement peuvent être requis, en fonction de la situation et de la formulation de l’appât utilisé. Par exemple, certaines étiquettes indiquent que “des stations d’appâtage inviolables doivent être utilisées si des enfants, des animaux domestiques, des mammifères non ciblés ou des oiseaux peuvent avoir accès à l’appât.”

Certains appâts préemballés destinés à la vente aux particuliers ou amateurs ne peuvent être utilisés qu’à l’intérieur des structures et leur utilisation est interdite dans toute zone accessible aux animaux domestiques ou à l’extérieur. D’autres appâts ou stations d’appâtage peuvent également être utilisés à la périphérie des structures ou dans un rayon de 15 mètres autour d’une structure. Comme les rats ne s’éloignent pas beaucoup de leur abri pour trouver de la nourriture, de nombreuses étiquettes de produits suggèrent de placer les appâts à des intervalles de 3 à 9 mètres. Placez les boîtes d’appâts près des murs (avec les ouvertures près du mur) ou dans d’autres endroits où les rats sont actifs. Dans tous les cas, l’utilisateur doit suivre les instructions de l’étiquette.

Retirez et éliminez correctement tous les appâts non consommés à la fin d’un programme de lutte. En outre, il faut ramasser et éliminer correctement tout rongeur mort trouvé au cours d’une application de rodonticide. Vous pouvez les ramasser à l’aide d’un sac en plastique solide posé à l’envers sur votre main, les enfermer dans le sac pour les jeter avec les ordures ménagères, ou les enterrer dans un endroit où les animaux domestiques ou les charognards ne pourront pas les déterrer facilement.

Autres méthodes de gestion des nuisibles

Les rats sont des animaux méfiants, facilement effrayés par des bruits inconnus ou étranges. Cependant, ils s’habituent rapidement à des sons répétés, ce qui rend l’utilisation de dispositifs répulsifs – y compris les sons à haute fréquence et à ultrasons – souvent inefficaces pour lutter contre les rats dans les maisons et les jardins. Cependant, certains dispositifs fonctionnent en intérieur en raison des variations des vibrations et des ultra-sons. En effet, cette variation fait que les rongeurs ne peuvent jamais s’habituer à la gêne.

Les rats ont une aversion initiale pour certaines odeurs et certains goûts. Ils ne supporteraient pas l’odeur de l’eucalyptus notamment. Mais aucun répulsif ne s’est avéré capable de résoudre le problème des rats au-delà d’une très courte période.

Des prédateurs, notamment les chats et les hiboux, mangent les rats et les souris. Certains chats domestiques n’ont pas la capacité ou l’envie de s’attaquer à des rats bruns adultes. Souvent, les prédateurs ne parviennent pas à maintenir le nombre de rongeurs à un niveau acceptable pour la plupart des gens. En outre, les aliments pour animaux de compagnie peuvent servir d’appât et fournir une source de nourriture continue aux rats et aux souris dans les environnements périurbains.

0 %

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Hamelin.

Hamelin.info

Actualités, Décryptage, Portrait, Interview.. Accédez au meilleur de l’actu des 3D ! Alors on se tient au courant?

1 newsletter / mois, promis !
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Hamelin.