Business

Inflation et lutte antiparasitaire : est-il temps d’augmenter les prix ?

Opérateur de lutte antiparasitaire victime de l’inflation avec portefeuille vide à la station-service
©Nomad_Soul

Comme tout le monde, vous regardez vos factures d’énergie. Comme la plupart des professionnels, vous avez récemment fait le plein de la camionnette. Et comme beaucoup, vous constatez à quel point les dépenses de base de vos activités commerciales augmentent.

Scott Johnstone est le directeur du marketing et des communications de Association britannique de lutte antiparasitaire (British Pest Control Association, BPCA). Il a examiné dans un article de PPC On Line la crise du coût de la vie. Il analyse comment l’inflation est susceptible d’affecter la lutte antiparasitaire cette année. Attention spoiler ! Vous allez probablement vouloir reconsidérer votre grille tarifaire…

Inflation et la lutte antiparasitaire : augmentez vos tarifs

Ce n’est pas souvent que la BPCA parle de tarification. Le prix est une chose personnelle. Et l’association anglaise considère que ce n’est pas le rôle d’un syndicat professionnel de proposer un prix.

Mais actuellement, une crise du coût de la vie extraordinaire affecte l’ensemble des activités de lutte antiparasitaire. Et en conséquence, la BPCA indique ne pas vouloir faire l’autruche.

Bref, est-ce que BPCA dit aux opérateurs de lutte antiparasitaire de monter leurs prix ? Non – ce ne serait pas approprié. Est-elle en train de dire aux techniciens hygiénistes qu’ils devraient sérieusement revoir leurs frais généraux et envisager d’ajuster leurs prix ? Oui, absolument !

Pourquoi une telle inflation ?

Après 15 ans d’inflation relativement faible, la flambée des prix n’est pas une chose à laquelle nous sommes habitués en Europe occidentale, indique Scott Johnstone. D’après lui, le Covid-19, le Brexit et la guerre en Ukraine constituent la tempête parfaite pour une inflation élevée.

Au cours des 12 mois précédant février 2022, les prix ont augmenté de 6,2% en moyenne, et ils ne semblent aller que dans une seule direction : vers le haut.

Les techniciens applicateurs ont peut-être remarqué que de nombreux fournisseurs n’ont pas indiqué les prix dans leurs catalogues imprimés cette année. Aussi frustrant que cela puisse être, c’est une approche très prudente. En effet, chaque distributeur de solutions antiparasitaires aura sans aucun doute des coûts croissants impossible à prévoir.

La guerre en Ukraine et son impact sur la gestion antiparasitaire

Le blé et l’huile sont des composants essentiels dans de nombreux appâts pour rongeurs. L’Ukraine produit 10% du blé mondial et 80% de l’approvisionnement mondial en huile de tournesol. Une grande partie de l’engrais utilisé pour faire pousser du blé provient de Russie et de Biélorussie. Ainsi, le coût de vos appâts rodonticides peut fluctuer cette année.

Le Royaume-Uni (et la France, NDLR) dépend des marchandises qui entrent rapidement dans le pays. Certains des produits que vous utilisez quotidiennement sont fabriqués au Royaume-Uni (ou en France, NDLR), mais beaucoup ne le sont pas.

Même les produits fabriqués sur le territoire national dépendent du commerce international des matières premières. La BPCA ajoute que la bureaucratie du Brexit affecte certainement presque toutes les importations.

La hausse du prix des transports impacte aussi la lutte antiparasitaire

Les fabricants et les distributeurs ont signalé que la circulation des matériaux et des produits est plus lente et coûte plus cher. Par exemple, un seul conteneur de stockage coûte près de trois fois plus pour entrer dans un port britannique.

Les rapports suggèrent que les entreprises et les consommateurs britanniques ont payé 42% de plus en droits de douane depuis le 1er janvier 2021. Nous n’avons pas les chiffres pour la France. Mais comme en Angleterre, les entreprises de lutte antiparasitaire françaises partageront probablement une partie de ces coûts.

Lire également : Lutte antiparasitaire, l’avenir du secteur

Polymères plastiques : l’envol des coûts

Une forte hausse des prix ne fait pas la une des journaux : c’est celle du coût des polymères plastiques. Les prix ont atteint des sommets. Les pénuries d’approvisionnement, l’augmentation des matières premières, les coûts de l’énergie et les goulots d’étranglement logistiques sont les principaux facteurs de prix. Cela signifie des hausses de prix de 115 à 200€/tonne.

Tout, depuis l’emballage jusqu’au poste d’appâtage, nécessite ces plastiques. Autrement dit, cela signifie une autre augmentation des coûts pour vos fournisseurs.

Le coût de l’énergie en hausse également

En dehors de cela, vos coûts directs d’électricité, de gaz, de carburant, etc. sont élevés et susceptibles d’augmenter encore cette année.

Les politiques font face à une pression croissante pour faire face à ces augmentations massives. Mais, pour l’instant, la réponse des gouvernements à la crise du coût de la vie n’a pas permis de réaliser beaucoup d’économies. Ni pour les particuliers ni les entreprises…

Inflation : que peut faire l’entreprise de lutte antiparasitaire ?

Comment vendre des interventions de lutte antiparasitaire en période de forte inflation ?

Lire également : 7 idées marketing pour faire connaître votre entreprise de lutte antiparasitaire

En bref, vous devrez peut-être augmenter certains de vos prix sur les contrats et les interventions. N’hésitez pas à utiliser cet article pour expliquer les changements à vos clients. Ils auront entendu ces arguments de la part de nombreuses autres entreprises avec lesquelles ils travaillent. Alors ne vous sous-estimez pas, parce qu’alors vous seriez trop gentil.

De nombreuses entreprises fixent traditionnellement les prix de leurs contrats pendant 12 mois comme argument de vente. Bien qu’il s’agisse d’une décision commerciale juste en période de faible inflation, cela pourrait ne pas être aussi judicieux à l’avenir.

Enfin, vérifiez vos conditions générales et assurez-vous qu’elles contiennent une clause de force majeure ​​pour intégrer une certaine flexibilité. Un événement de force majeure ​est une circonstance imprévue hors du contrôle raisonnable d’une partie contractante qui vous empêche d’exécuter vos obligations contractuelles.

N’oubliez pas que la lutte antiparasitaire professionnelle coûte de l’argent. D’après l’article de la BPCA, les Britanniques auraient déjà les prix parmi les plus bas d’Europe pour les services de gestion antiparasitaire. Peut-être est-il temps que l’industrie modifie sa grille tarifaire ?

Que vous décidiez ou non de modifier vos prix, gardez une trace de vos revenus et de vos dépenses cette année. Une gestion financière prudente n’a jamais été aussi cruciale.

La BPCA a rédigé un modèle de lettre client pour les membres, afin d’aider à expliquer une hausse de prix aux clients sous contrat. Elle n’est disponible qu’aux membres de l’association…

Source : PPC online 107

A lire également :

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
16
Bravo
14
Instructif
14
Intéressant
16

Découvrez aussi

commentaires clos