Métier

Lutte antiparasitaire : l’avenir du secteur

Zoom optique d'une mouche
©Vijay Sonar, CC BY 2.0

Au cours des 60 dernières années, l’industrie de la lutte anti nuisibles a fait d’énormes progrès en matière de raffinage, de mise au point et d’amélioration des technologies, et s’est éloignée de l’application à grande échelle de pièges hautement toxiques pour se tourner vers des applications scientifiquement ciblées utilisant des produits plus sûrs.

Le secteur de la lutte antiparasitaire aujourd’hui

La lutte contre les nuisibles est une longue histoire qui remonte à – 4 000 avant J.-C., lorsque la toute première solution antiparasitaire, le soufre, a été utilisée dans le Sumer, une ancienne région, située au sud de la Mésopotamie antique (actuel Irak) pour éloigner les insectes des cultures. 

Depuis, la lutte contre les nuisibles a connu des progrès constants, des produits botaniques utilisés comme fongicides pour le traitement des semences en Chine aux « chasseurs d’égout » professionnels de l’ère victorienne qui utilisaient des chiens (spécialement élevés pour être des « ratiers ») pour piéger et tuer les rongeurs. 

Le secteur est en perpétuelle évolution car il doit relever plusieurs défis, tout en restant à forte intensité de main-d’œuvre pour les opérations quotidiennes. Les entreprises de lutte antiparasitaire, suivent manuellement les problèmes de parasites et les techniciens visitent et vérifient les installations pour enquêter sur les problèmes et les résoudre. L’identification de la cause profonde des infestations peut nécessiter plusieurs visites avant qu’une solution viable puisse être fournie. Le suivi des installations de plusieurs clients, la documentation de l’évolution des solutions antiparasitaires et la réalisation d’audits sont des activités qui demandent beaucoup de temps et de travail.

Le changement climatique et l’augmentation rapide de l’urbanisation vont probablement accroître le nombre ainsi que les types de prolifération de nuisibles rencontrés. Les organismes nuisibles qui étaient spécifiques à certaines régions se répandent désormais dans le monde entier. Une autre tendance observée est la résistance développée par certains nuisibles aux pesticides existants, ainsi que les changements de comportement des nuisibles qui évitent les pièges. La sensibilisation croissante des consommateurs à l’importance de la protection de l’environnement s’est également traduite par leur désapprobation sur l’utilisation de produits chimiques toxiques et nocifs.

Dans le passé, quelques nuisibles contribuaient à l’essentiel des problèmes existants. Cependant, la situation est très différente aujourd’hui. Il y a de nombreux nuisibles et  parasites qui créent de multiples complications. Dans certains cas, les solutions économiquement disponibles sont à court terme, et les problèmes se répètent. Cela a obligé les fabricants de produits antiparasitaires et les sociétés de gestion des nuisibles à innover constamment leur offre.

Les entreprises du pest control vont au-delà des méthodes traditionnelles de lutte antiparasitaire pour réduire les coûts, ajouter de la valeur et fidéliser les clients. La technologie et l’automatisation sont de plus en plus considérées comme la voie à suivre dans ce secteur. Un système de gestion intégrée des nuisibles qui peut suivre de manière transparente tous les nuisibles dans plusieurs régions et avertir les PCO (Pest Control Operator) de toute situation potentielle nécessitant une attention particulière peut réduire de manière significative les heures de travail nécessaires et améliorer l’efficacité des entreprises de lutte antiparasitaire.

Le monde connecté des nuisibles

L’avenir sera un monde connecté de la lutte contre les nuisibles. Des innovations telles que l’Internet des nuisibles (IoP®) de Brandenburg vont révolutionner le secteur de la dératisation, désinfection, désinsectisation. Les technologies de détection ont fait d’énormes progrès, et les organisations de lutte contre les nuisibles ont désormais la possibilité de surveiller à distance l’activité des nuisibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ils peuvent suivre simultanément tous les types de nuisibles (figure 1) en de multiples endroits (dont certains sont traditionnellement difficiles à atteindre) et ces capteurs sont construits pour avoir la plus grande résistance au déclenchement de faux positifs.

Graphique capteurs IoP® analysant l'activité de tous les types de nuisibles

Figure 1. Données historiques capturées par les capteurs IoP® analysant l’activité de tous les types de nuisibles sur une période de six mois, ventilées mois par mois.

Les capteurs collectent des données pertinentes à partir du réseau de stations de base pré-installées et les transmettent à une plateforme numérique intelligente. Par exemple, les capacités du compteur de mouches intelligent de Brandebourg ne se limitent pas à compter le nombre de mouches en temps réel lorsqu’elles se posent sur le capteur, puis à le présenter sur un tableau de bord intelligent. Le compteur de mouches alerte également les PCO en cas de dépassement du seuil limite et les avertit lorsque le piège à glu est plein, ce qui permet de protéger le client et de gagner un temps considérable par rapport à la méthode traditionnelle d’exécution manuelle de ces tâches.

Avec ce type d’outils, les techniciens hygiénistes peuvent disposer d’un système de surveillance 24 heures sur 24 et recevoir des alertes en temps réel dès qu’une activité parasitaire est détectée par l’un des capteurs. De plus, ils obtiendront des détails spécifiques à l’emplacement, tels que des informations sur la température, l’humidité des installations du client, le suivi du comportement des nuisibles et surtout des analyses prédictives (figure 2).

Graphique capteurs IoP® mettant en corrélation l'activité des nuisibles et la température

Figure 2. L’analyse visuelle des données mettant en corrélation l’activité des nuisibles et la température, fournit des informations précieuses sur le comportement des nuisibles en fonction de facteurs externes.

Les plateformes numériques qui sont développées aujourd’hui semblent être l’ensemble parfait pour l’avenir. Elles peuvent aider les PCO à hiérarchiser les zones à problèmes dans n’importe quelle région, ce qui leur permet d’allouer des ressources avant même que la prolifération ne s’aggrave. Ils fournissent des informations en direct sur les opérations et l’optimisation de la main-d’œuvre et ils automatisent également le suivi des données pour l’audit et la conformité réglementaire, ce qui permet de gagner du temps et d’améliorer la précision.

Il est bien connu que de nombreux consommateurs considèrent que les produits chimiques toxiques utilisés dans la lutte antiparasitaire sont nocifs pour l’homme et l’écosystème. Une meilleure technologie et des capteurs innovants contribueront à changer la façon dont les problèmes de nuisibles sont abordés et la perception de l’industrie par le public. Ils permettront une approche plus ciblée, faisant de la lutte antiparasitaire un processus proactif plutôt que réactif. L’identification précoce des problèmes de nuisibles est une stratégie qui prévoit l’élimination des causes sous-jacentes de l’infestation par les nuisibles.

L’avenir de la lutte antiparasitaire sera fascinant : de multiples systèmes dialogueront entre eux et réduiront l’intervention humaine. Le secteur s’apprête à connaître un changement majeur dans son mode de fonctionnement avec l’adoption de dispositifs intelligents. Les technologies de lutte antiparasitaire continueront de croître et d’évoluer, et de plus en plus d’entreprises développeront des méthodes alternatives dans le secteur du pest control. Les avantages d’un écosystème connecté sont nombreux, mais des changements significatifs seront observés dans l’utilisation des ressources, dans les économies de temps et de coûts, ainsi que dans le service et la maintenance. Il est temps pour l’industrie d’embrasser le monde connecté des nuisibles.

Source : IPC

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
7
Bravo
5
Instructif
7
Intéressant
5

Découvrez aussi

commentaires clos