Environnement de travail

Comment devient-on technicien hygiéniste ?

Applicateurs 3D qui examine cherche des punaises de lit
© mokee81

Le technicien hygiéniste est également appelé applicateur hygiéniste. Il contrôle les populations de nuisibles, en zone urbaine la plupart du temps. Le code Rome du métier, K2305, regroupe 18 appellations différentes, selon les critères Pôle emploi. Cela démontre la complexité de la profession. Souvent réduit à un dératiseur, son ancêtre, le technicien hygiéniste est aussi communément appelé « applicateur ». Il est bien plus que cela…

Quelles missions pour le technicien hygiéniste ?

Le technicien hygiéniste prévient, contrôle ou élimine la propagation d’espèces dites nuisibles (certains insectes et arachnides, rongeurs, volatiles). Les interventions sont multiples. Il peut s’agir de dératisation, de désinsectisation, ou de désinfection, d’où une branche professionnelle dite des 3D. Mais en fonction des spécialisations, il peut aussi s’agir de dépigeonnisation, de capture d’animaux errants, de traitements d’humidité, d’enlèvement de nids d’hyménoptères… Le technicien hygiéniste réalise aussi parfois des traitements pour assainir et désinfecter des locaux, des hottes ou des colonnes.

Pour la gestion des nuisibles, le technicien hygiéniste capture les espèces, le plus souvent à l’aide de pièges. Il les détruit de manière mécanique ou par traitements chimiques (biocides) – c’est pour cette raison qu’on l’appelle souvent « applicateur ». Pour éviter leur reproduction, il peut également installer des leurres.

Il va sans dire que les traitements seront adaptés à chaque problématique. Aussi le technicien hygiéniste devra-t-il maitriser la biologie des nuisibles afin de choisir la méthode de lutte adéquate. Il lui faudra également connaître la réglementation, les risques chimiques, biologiques et environnementaux. Les protocoles de nettoyage et de désinfection tout comme les règles d’hygiène et de sécurité sont maitrisés par le professionnel.

Quelles sont les conditions de travail du professionnel 3D ?

Qu’il exerce au sein d’une société de services, des collectivités territoriales ou à son compte, l’activité se fait en contact avec les clients. Selon les postes qu’il occupe, le technicien hygiéniste sera susceptible de coordonner une équipe.

Le professionnel exercera parfois les week-ends, en hauteur et son activité pourra impliquer le port de charges. Il aura l’obligation légale de porter des équipements de protection individuelle (EPI), comme une combinaison, un masque, des gants…

A combien s’élève la rémunération du technicien hygiéniste ?

L’applicateur hygiéniste peut exercer sous le statut d’autoentrepreneur ou en tant que salarié d’une entreprise. Dans ce cas, sa rémunération annuelle varie généralement entre 23 et 28 k€, soit de 1900€ à 2300€ mensuels pour un débutant. Le salaire annuel moyen pour un applicateur hygiéniste confirmé en France est d’environ 32 k€. Mais cela peut aller jusqu’à 45 k€ avec les compétences accumulées. Ce salaire évolue en fonction du profil, du niveau d’expérience, de la responsabilité hiérarchique ou encore de la taille de l’entreprise où il exerce. Il évolue également en fonction des négociations annuelles au sein de la branche 3D.

Après avoir acquis de l’expérience sur ce poste, il peut être amené à évoluer sur un poste de chef d’équipe où il pourra gérer les plannings de ses agents et la bonne exécution des travaux, ou à créer une entreprise.

Comment devenir technicien hygiéniste ?

Il faut savoir qu’il n’existe pas de formation diplômante dans le domaine de lutte antiparasitaire. Le métier de technicien hygiéniste est donc accessible à tous, préférablement avec un CAP/BEP en hygiène et environnement.

L’utilisation des produits biocides n’est pas obligatoire et certains professionnels font le choix de ne pas y recourir. Mais il faut avoir en tête que le recours aux biocides est parfois nécessaire. Or, pour acheter, stocker, manipuler et appliquer des produits biocides, il faut être titulaire du Certibiocide. Ce certificat est délivré après une formation de 3 jours (21 heures). Elle fait le point sur la réglementation, les rodonticides, insecticides et désinfectants, la gestion des déchets, le stockage, les risques, etc.

 

Pour trouver un emploi en tant que technicien hygiéniste, nous avons toutes les offres d’emplois sur notre site : ici.

Les formations qualifiantes et habilitantes

S’il n’a pas de diplôme spécifique, le professionnel ne pourra exercer correctement son métier que s’il actualise ses compétences avec des formations qualifiantes volontaires sur la biologie des nuisibles, les méthodes de lutte… De nombreux instituts de formation indépendants existent pour les professionnels concernés.

Les formations Qualité hygiène sécurité environnement (QHSE) permettent aussi une bonne compréhension des procédures, des techniques et des risques.

D’autres formations habilitantes permettent la pratique d’une activité à risques :

  • habilitations des salariés des entreprises extérieures
  • habilitations électriques de travaux hors tension
  • CACES (Certificat d’aptitude à la conduite en sécurité) pour conduire des véhicules de chantier ou pour utiliser des plateformes élévatrices mobiles de personnes (conditionné par une aptitude médicale à renouveler périodiquement)

De plus, il est préférable de se faire vacciner contre la leptospirose pour exercer ce métier.

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
2
J'adore
5
Etonnant
2

Découvrez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.