Science & Biodiversité

Lutte intégrée contre les nuisibles, vous saurez tout

Rat en gros plan
Rat © PublicDomainPictures | Pixabay

La lutte intégrée contre les nuisibles consiste à mettre en œuvre plusieurs moyens différents pour maintenir leurs populations en dessous d’un seuil où elles provoqueraient des nuisances. Dans cette approche, l’emploi des biocides se fait en dernier recours et se limite au strict nécessaire.

La lutte intégrée : Un concept apparu dans les années 80

Le concept est d’abord apparu dans le domaine de la protection des plantes. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), il s’agit de combiner « différentes stratégies et pratiques de gestion pour cultiver et protéger les cultures saines en réduisant au minimum l’utilisation de pesticides ».

Cette approche a été introduite vers la fin des années 80 en Indonésie. Elle s’est imposée partout dans le monde depuis. Et par-delà le domaine de la protection des plantes, on l’applique désormais à la gestion des nuisibles en zone urbaine et rurale.

Dans vos lectures, vos documents, il vous arrivera de trouver le sigle IPM en référence à ce concept. Il signifie Intergated Pest Managment : gestion intégrée des nuisibles.

Un processus de prise de décision

La lutte intégrée contre les nuisibles n’est pas une technologie que les professionnels 3D (Dératisation, désinsectisation, désinfection) devraient adopter. Ce n’est pas non plus une méthode unique.

Il s’agit d’un processus de prise de décision. Celui-ci connait des améliorations constantes à mesure que progressent les connaissances écologiques et les compétences d’observation.

Ce processus permet aux professionnels de mener une action de monitoring (surveillance) et de lutte contre les nuisibles tout en réduisant au strict minimum l’utilisation de biocides coûteux, parfois nocifs et dangereux. L’utilisation des biocides présente certes des avantages pour maitriser les nuisibles. Mais l’exposition à ces produits toxiques présente parfois un risque supérieur aux bénéfices de leur utilisation.

Utilisation raisonnée des biocides

La lutte antiparasitaire dite traditionnelle impliquait communément l’application systématique de biocides. Or, les biocides ne sont pas les seuls moyens pour diminuer les effectifs de nuisibles. Il existe d’autres méthodes et la lutte intégrée prend en compte l’ensemble de ces outils pour maitriser les populations de nuisibles.

Les programmes de lutte intégrée contre les nuisibles utilisent l’ensemble des stratégies de lutte antiparasitaire. L’utilisation des biocides en fait partie mais elle doit être judicieuse. C’est ce qu’on appelle la lutte raisonnée. Selon ce concept, le professionnel doit appliquer au bon moment le produit adapté, à la bonne dose et avec le bon appareil.

La lutte intégrée : Une méthode plus respectueuse de l’environnement

Que ce soit en traitement préventif ou curatif, l’application de produits biocides doit être limitée. Elle doit même être évitée lorsque des résultats similaires peuvent être obtenus avec des solutions non chimiques.

La lutte intégrée favorise donc la prévention contre les nuisibles pour lesquels un seuil permet de déterminer quand il faudra agir. La surveillance de l’activité des nuisibles permet de réduire l’utilisation des biocides. Mais elle est aussi plus efficace et également plus respectueuse de l’environnement.

lire également :

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
3
J'adore
5
Etonnant
2

Découvrez aussi

Découvrez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.