Environnement de travail

La lutte contre les nuisibles en industrie agroalimentaire

Industrie agroalimentaire et lutte contre les nuisibles
@adobestock

 Les nuisibles sont une menace sérieuse et la prévention de leur infestation doit être une priorité pour les responsables de sites industriels. En plus des résolutions qui sont généralement adoptées en début d’activité, la gestion des nuisibles est une mesure proactive essentielle pour assurer le succès des entreprises agroalimentaires.

Les nuisibles les plus courants dans l’IAA 

Les industries de transformation agroalimentaire sont des environnements propices à l’infestation de nuisibles.
Les nuisibles les plus courants dans ce secteur sont les rats et souris, les mouches, les cafards et les insectes des produits stockés (IPS) .

Quels sont les risques liés à la présence de nuisibles dans l’industrie agroalimentaire ?

La présence de nuisibles dans le secteur agroalimentaire présente des risques considérables pour la santé ainsi que la sécurité des employés et des consommateurs.
De plus, elle nuit à l’image de la marque et présente des risques économiques.

Les nuisibles tels que les rongeurs, les mouches, les blattes et les insectes des produits stockés sont responsables de ces problèmes. Leurs déjections peuvent transmettre des agents pathogènes dangereux tels que l’hantavirus pour les rongeurs et la salmonelles

  • Les rongeurs : ils sont en particulier  porteurs de maladies graves et peuvent contaminer les surfaces et les aliments avec leurs excréments et leur urine.
  • La mouche : ce nuisible est également vecteur de germes, car elle peut transporter plus de 100 espèces d’agents pathogènes différents. Elle se déplace depuis les ordures et les excréments vers les aliments frais et d’autres surfaces, ce qui entraîne une contamination croisée.
  • Le cafard/blatte : il est connu pour propager au moins 33 espèces de bactéries, 6 espèces de vers parasites et au moins 7 autres espèces dagents pathogènes pour l’homme. Ses pattes peuvent transporter des germes et des débris, qu’il peut transférer sur les surfaces alimentaires et les équipements de transformation.
  • Les insectes des produits stockés (IPS) :  tels que les mites et les charançons, peuvent également causer des dommages importants. Les parties de leur corps et les peaux moulées peuvent pénétrer dans les produits et contaminer la farine, les grains et les céréales. Les consommateurs qui ingèrent des produits infestés peuvent être exposés à des risques pour leur santé.

Il est donc crucial de mettre en œuvre des mesures préventives efficaces pour éliminer ces nuisibles et minimiser les risques liés à leur présence dans les industries alimentaires. 

Une lutte proactive et régulière contre les nuisibles, en collaboration avec des professionnels agréés de la lutte contre les nuisibles, est nécessaire pour maintenir des installations propres, sûres et hygiéniques.

Lutte intégrée contre les nuisibles : les avantages 

La lutte intégrée contre les nuisibles  est une approche moderne et efficace dans les locaux de transformation des aliments. Elle repose sur une collaboration étroite avec des professionnels de la lutte anti nuisibles pour mettre en œuvre un plan d’action complet.
Voici quelques-uns des principaux avantages de la lutte intégrée :

    1. Prévention des infestations 

La lutte intégrée anti nuisibles met l’accent sur la prévention plutôt que sur la réaction après l’apparition des nuisibles. En identifiant les points chauds de ces derniers, tels que les zones propices à l’infestation, les sources de nourriture et les voies d’entrée. Des mesures proactives peuvent être prises pour les éliminer ou les rendre moins attractives, réduisant ainsi les risques d’infestation.

      2. Respect de l’environnement 

Contrairement aux méthodes traditionnelles de lutte antiparasitaire qui nécessitent souvent l’utilisation des produits chimiques nocifs, la lutte intégrée privilégie des solutions respectueuses de l’environnement. Cela peut inclure l’utilisation de méthodes de lutte biologique, telles que l’introduction d’organismes prédateurs naturels, l’utilisation de pièges non toxiques et la modification des conditions environnementales pour rendre l’installation moins attrayante pour les nuisibles.

   3. Réduction de l’utilisation de produits chimiques 

Grâce à une approche ciblée, la lutte intégrée contre les nuisibles permet de réduire la dépendance aux produits chimiques nocifs. Les professionnels de la lutte antiparasitaire utilisent des méthodes alternatives, telles que la pose de barrières physiques, l’amélioration de l’hygiène et l’élimination des sources de nourriture et d’eau, limitant ainsi l’utilisation de produits chimiques et les risques associés.

  4. Rentabilité à long terme 

 Bien que la mise en place initiale d’un plan de lutte intégrée puisse nécessiter des investissements en termes de temps et de ressources, cette approche s’avère rentable à long terme. 

En prévenant les infestations et en minimisant les risques, les coûts associés à la lutte antiparasitaire réactive et aux pertes de produits alimentaires peuvent être considérablement réduits.

5. Amélioration de la conformité aux normes sanitaires  

En adoptant une approche proactive de la lutte antiparasitaire, les industries de transformation alimentaires peuvent améliorer leur conformité aux normes sanitaires et réglementaires.
Cela garantit la sécurité et la qualité des produits alimentaires, renforçant ainsi la confiance des clients et des consommateurs.

En intégrant la lutte antiparasitaire intégrée dans les pratiques de gestion des nuisibles, les installations de transformation des aliments peuvent bénéficier d’une protection efficace contre les infestations tout en minimisant les impacts négatifs sur l’environnement et en assurant la conformité aux normes sanitaires. La lutte intégrée est une approche moderne et durable qui garantit la sécurité et la qualité des produits alimentaires.

9 points clés pour prévenir une infestation de nuisibles dans l’industrie agroalimentaire

Pour prévenir une infestation de nuisibles ou parasites, voici 9 points clés à prendre en compte :

 1. L’équipement

L’une des zones d’infestation les plus courantes se trouve à l’intérieur des équipements.
Les coins et recoins des équipements offrent des températures, une humidité et un approvisionnement en nourriture idéaux pour permettre aux populations de nuisibles de prospérer. Il est donc essentiel de nettoyer régulièrement l’équipement et de remplacer les plaques de nettoyage des couvercles métalliques par du plexiglas afin de faciliter l’inspection sans avoir à le démonter.

  2. La plomberie

Les cafards préfèrent les environnements chauds, humides et sombres. Ils pénètrent souvent dans les structures par les siphons de sol et les tuyaux d’alimentation. Les éviers, les siphons de sol et les salles d’eau attirent également les mouches. Il est donc essentiel de nettoyer régulièrement les zones de plomberie afin d’éviter l’accumulation d’humidité et de débris susceptibles de favoriser une infestation.

  3. Les zones de stockage

Un stockage adéquat et une rotation des stocks sont essentiels pour prévenir les infestations. Tous les articles doivent être stockés au-dessus du sol sur des palettes et à au moins 50 cm des murs afin de créer une allée, ce qui facilite l’inspection des nuisibles. Il est également recommandé de peindre l’allée en blanc afin que les nuisibles et leurs déjections soient facilement visibles.

   4. Les points d’entrée

Les souris et les rongeurs sont capables de se faufiler dans de très petits trous. Pour empêcher ces nuisibles de pénétrer dans un bâtiment, il est important de sceller toutes les fissures et les crevasses. Les points d’entrée des tuyaux et des conduits doivent être scellés. Pour ce faire, il convient d’utiliser un produit adhésif à base de silicone et de la laine d’acier. Il ne faut également pas accrocher d’objets aux portes. L’installation des rideaux d’air ou des moustiquaires est préférable. Cela empêchera les insectes volants de pénétrer à l’intérieur du bâtiment. .

  5. La gestion des déchets

Veiller à ce que la structure dispose d’un système de gestion des déchets adéquat. Les déchets doivent être stockés en permanence dans des conteneurs hermétiques et être éliminés régulièrement. L’éloignement des bennes à ordures qui se trouvent sur la cour est nécessaire. Cette mesure est prise afin d’éviter que des nuisibles pénètrent facilement l’habitation. Elles doivent être munies d’un couvercle fonctionnel qui reste fermé. De plus, il convient de les vider régulièrement.

  6. L’aménagement paysager

Une végétation trop proche du bâtiment peut attirer les nuisibles et autre ravageurs augmentant ainsi la probabilité qu’ils se retrouvent à l’intérieur. Afin d’éviter cela, il convient d’installer un périmètre de gravier ou de roches. Cela découragera la croissance de la végétation qui pourrait inviter et abriter des parasites.

  7. Le bon drainage

L’humidité attire de nombreux nuisibles. Veillez donc à ce que le bâtiment dispose d’un drainage adéquat au niveau de ses fondations afin d’éviter l’accumulation d’humidité. 

Il s’agit notamment d’installer des tuyaux de descente, des gouttières et des déviations.
Cela permet d’éloigner l’eau du bâtiment tout en empêchant toute accumulation d’eau excédentaire.

Les espaces verts autour de l’installation doivent également être correctement drainés afin d’éviter les mares d’eau stagnante, qui peuvent attirer les nuisibles. Si nécessaire, envisagez de faire appel à un professionnel pour installer un système de drainage efficace autour de votre établissement.

  8. L’éclairage

L’éclairage joue un rôle crucial dans la prévention des infestations de nuisibles. Certains éclairages attirent les nuisibles, tandis que d’autres les dissuadent. Les lampes au sodium sont les moins attrayantes pour les nuisibles. On les installe à une distance considérable de la structure. Les lampes à vapeur de mercure, en revanche, sont très attractives pour les parasites. L’utilisation de ces éléments est à moins de 50 cm d’une usine de transformation de produits alimentaires. Il est également important de maintenir les lampes propres et de remplacer les ampoules endommagées ou usées dès que possible.

  9. L’intégrité structurelle 

La détérioration des structures peut créer des points d’entrée pour les nuisibles tels que les termites et les fourmis. Les fissures dans les murs, les portes et les fenêtres offrent des passages aux rongeurs et aux insectes rampants. Il est donc important de maintenir l’intégrité structurelle du bâtiment pour empêcher l’entrée de ces derniers. Cela passe par la réparation et le remplacement des bordures de toit, les plafonds et les tuiles pourris. Il en va de même pour le ciment autour des fondations et des fenêtres. En effet, ces éléments endommagés ou pourris peuvent servir de points d’entrée.

La collaboration avec un professionnel de la lutte antiparasitaire agréé 

En fin de compte, la meilleure méthode pour prévenir les infestations de nuisibles est de travailler avec un professionnel agréé de la lutte anti nuisibles. Ces derniers peuvent vous aider à élaborer un plan de lutte intégrée contre les nuisibles adapté à vos besoins spécifiques. Ils peuvent également fournir des services de traitement des nuisibles sûrs et efficaces pour éliminer les infestations existantes. Pour le choix d’un professionnel de la lutte antiparasitaire, veillez à rechercher des entreprises référencées si possible auprès d’un syndicat ou association comme la CS3D .. La plupart sont respectueuses de l’environnement et utilisent des méthodes de lutte antiparasitaire durables et à faible impact.

Contributeur : Benoit Cottin, entomologiste à LGH

Lire également :

ÉCRIVEZ-NOUS !

 Avez-vous des nouvelles sur le secteur de la lutte anti-nuisibles que vous souhaitez partager avec nous? 

Sollicitez la rédaction :  communication@hamelin.info

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
6
Bravo
4
Instructif
5
Intéressant
3

Découvrez aussi

commentaires clos