Métier

Transformation des aliments et nuisibles, optimisez votre relation client

Teigne des fruits secs ou Pyrale indienne des fruits secs, Plodia interpunctella
©Geza Farkas
Publicités
Accueil » Transformation des aliments et nuisibles, optimisez votre relation client

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Optimisez votre relation avec votre client de l’industrie agroalimentaire. Vous êtes plus qu’un prestataire de service. Vous êtes son partenaire de gestion antiparasitaire !

En bref

  • Pour l’industriel, la gestion du risque nuisible est une obligation.
  • Il va choisir un prestataire de service pour l’accompagner dans cette tâche.
  • Il va généralement se tourner vers des professionnels qui ont des références dans le domaine (CEPA Certified®, maitrise de la sécurité alimentaire, formation…).
  • Vous devez monitorer son site correctement et obtenir la coopération de votre client pour le succès des opérations de lutte antiparasitaire.

Auteur : Hélène Frontier

En ce qui concerne la présence de nuisibles dans les usines de transformation des aliments, c’est la tolérance zéro. Or, la nourriture et les abris y sont nombreux. Et ces bâtiments sont un refuge idéal pour les rongeurs, les cafards, les mouches, les mites alimentaires… Et attention ! Car un seul organisme nuisible peut rapidement engendrer une infestation. L’entreprise de lutte antiparasitaire en contrat avec ces clients doit donc absolument être fiable.

Industrie alimentaire et lutte anti-nuisible : ce que votre client attend de vous

Pour l’industriel, la première étape pour se prémunir des infestations de nuisibles consiste à choisir un prestataire de service pour la lutte antiparasitaire. Il va sûrement rencontrer plusieurs entreprises. Il déterminera ainsi celle qui conviendra le mieux. Attendez-vous donc à ce qu’il vous pose des questions détaillées sur :

  • les pratiques de lutte antiparasitaire de votre entreprise,
  • les autres clients que vous avez dans l’industrie agroalimentaire.

Il se renseignera peut-être aussi auprès de ses pairs et de ses partenaires de l’industrie sur leurs expériences en matière de gestion antiparasitaire. Il est possible qu’il préfère une entreprise membre d’une association nationale comme la CS3D. C’est pour le client un gage de votre engagement à protéger la santé publique et les biens contre le risque nuisible. Être membre d’une association indique généralement aussi une volonté de recevoir des informations et de la formation continue sur les nouvelles technologies et techniques de traitement.

Enfin, bon nombre d’industriels accordent de l’importance aux prestataires CEPA Certified®, autrement dit qui ont la certification CEPA. Cette certification garantit au client de l’industrie agroalimentaire que vous suivez la norme EN 16636, une norme qualité spécifique aux services de gestion des nuisibles.

Ce que vous devez apporter à votre client en industrie agroalimentaire

Des inspections régulières et la surveillance sont une condition sine qua non pour détecter les problèmes de nuisibles de manière précoce. Des outils de monitoring connecté peuvent également permettre la détection des nuisibles avant qu’une infestation ne s’installe.

En tant qu’expert de la lutte antiparasitaire, vous devez pouvoir traiter tout éventuel problème immédiatement. Vous pourrez ainsi assurer la sécurité des employés et des produits fabriqués à l’intérieur de l’établissement de votre client. Tout ceci est possible grâce à une formation solide, en plus de votre Certibiocide.

Vous devez aussi maintenir une communication régulière et ouverte avec votre client sur les problèmes de nuisibles qui le concernent. Par exemple, il lui revient parfois de faire des aménagements pour éviter les intrusions de nuisibles dans son établissement (lire la section ci-après).

Vous devez développer un plan de lutte intégrée contre les nuisibles (en anglais IPM pour Integrated Pest Management). Autrement appelée gestion antiparasitaire intégrée, il s’agit d’une méthode de lutte antiparasitaire qui se concentre sur trois techniques de base : l’inspection, l’identification et le traitement. Ce plan concerne spécifiquement l’installation de votre client ainsi que ses besoins. Vous devrez donc :

  • appréhender les enjeux de la sécurité alimentaire,
  • maîtriser les exigences des référentiels comme l’IFS (International Food Standard), BRC (British Retail Consortium) et AIB (American Institute of Baking) ainsi que le paquet hygiène,
  • connaitre et maitriser les principes et les étapes de l’HACCP.

La prévention et la lutte intégrée

Entre chaque inspection et les éventuels traitements, votre client joue un rôle essentiel pour empêcher les nuisibles d’entrer et de s’installer. Pour cela, il doit suivre un certain nombre de pratiques.

Nettoyage des locaux

  • Maintenir cuisines et salles de pause des employés propres, nettoyer les comptoirs et balayer les sols.
  • Aspirer et nettoyer régulièrement toutes les zones : bureaux, couloirs, halls et toilettes publiques…

Réparations et aménagements

  • Vérifier fréquemment les zones d’humidité (sous les éviers et les machines) et réparer les tuyaux qui fuient ou les drains bouchés.
  • S’assurer qu’il n’y a pas de points d’entrée pour les nuisibles, en particulier là où les tuyaux pénètrent dans le bâtiment, et obturer toute fissure.
  • Installer des balais de porte sur les portes extérieures pour hermétiser l’espace entre le sol et la porte où les nuisibles peuvent entrer.
  • Installer du gravier autour du bâtiment pour éviter la végétation (elle peut abriter des nuisibles).
  • Entretenir les terrains entourant les bâtiments car la végétation envahissante peut attirer des nuisibles.

Stockage

  • Stocker tous les produits alimentaires dans des conteneurs scellés et ranger les boîtes vides pour raréfier les zones de nidification.
  • Conserver les déchets dans des conteneurs scellés à l’intérieur du bâtiment, enlever régulièrement les déchets et s’assurer que les bennes à ordures sont loin des entrées.
  • Nettoyer les gouttières et diriger l’eau loin du bâtiment grâce à des tuyaux de descente et des gouttières.

Les nuisibles dans les usines de transformation des aliments

Les installations où l’on transforme des aliments fournissent beaucoup de nourriture, d’abris et d’humidité. Ainsi ces lieux sont particulièrement sensibles aux infestations de rongeurs, de mouches, de blattes et d’insectes des produits stockés. Ces parasites sont extrêmement inquiétants pour les transformateurs alimentaires. En effet, ils peuvent contaminer les aliments avec leurs excréments. Ils peuvent aussi transmettre de nombreux agents pathogènes aux humains, notamment :

  • la bactérie Escherichia coli, responsable d’intoxications alimentaires graves,
  • et Salmonella, une bactérie provoquant des gastro-entérites – et des fièvres typhoïde et paratyphoïde dans les pays en voie de développement.

De plus, les rongeurs rongent les câbles, ce qui peut provoquer des incendies électriques et endommager les machines essentielles. Les insectes des denrées stockées, comme les pyrales, les charançons ou les mites, ne transmettent pas de maladie. Mais ils peuvent tout de même infester les aliments. Cela entraîne la contamination des produits alimentaires qui deviennent impropres à la consommation.

 

En définitive, la lutte antiparasitaire est essentielle dans toutes les installations de transformation des aliments. Mais elle ne doit pas seulement survenir lorsqu’un problème arrive. Les inspections régulières, les traitements et la lutte antiparasitaire intégrée peuvent garantir que les installations et les aliments restent exempts de nuisibles.

 

Lire également : Patrick Gravey, président de la CS3D, s’exprime après sa réélection

Source: Food Safety Magazine

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
3
Bravo
3
Instructif
3
Intéressant
1

Découvrez aussi

commentaires clos