DésinfectionEnvironnement de travail

Les professionnels de la désinfection face au nouveau coronavirus

Cellule Covid19
© Syaibatul Hamd | Pixabay

L’épidémie de CoViD-19 a rapidement évolué depuis son premier signalement en Chine en décembre 2019. La propagation est désormais mondiale. Il s’agit vraisemblablement d’une zoonose (maladie d’origine animale). Concernés, les professionnels 3D ont un rôle à jouer ici en proposant un service de désinfection. Dans un contexte où les zoonoses sont de plus en plus fréquentes, le développement de cette activité, le 3ème D des 3D (Dératisation, désinsectisation, désinfection), représente une nouvelle opportunité d’action pour les entreprises.

Pros… de la désinfection aussi

On en parle peu mais n’oublions tout de même pas que les professionnels 3D font aussi de la désinfection. S’ils n’en font pas, ils ont toute la légitimité pour le faire.

Le nouveau coronavirus, également appelé SARS-CoV-2 circule dans tous les lieux publics : institutions et collectivités, bureaux de vote, les établissements de santé, les centres d’hébergements, les centres sportifs, les CHR (café, hôtels, restaurants).

Par conséquent, les professionnels 3D peuvent proposer à bon nombre de leurs clients un protocole de traitement préventif contre le CoViD-19. La désinfection des locaux est-elle efficace ou est-elle juste destinée à rassurer ? On vous laissera en juger.

Quels produits ?

Une série de recommandations pour la désinfection des locaux est disponible sur le site du Haut Conseil de la santé publique. En outre, l’OMS indique que « le nettoyage des surfaces avec de l’eau et un détergent et l’application de désinfectants couramment utilisés dans les hôpitaux (comme l’hypochlorite de sodium) sont des procédures efficaces et suffisantes. » Le site précise que le nouveau coronavirus peut être rendu inactif sur les surfaces avec l’utilisation de « désinfectants à base d’eau de Javel ou de chlore, de solvants, d’éthanol à 75%, d’acide peracétique et de chloroforme. »

Le Haut Conseil de la santé publique s’est d’ailleurs exprimé sur le nettoyage spécifique ou la désinfection de l’espace public. En «l’absence d’argument scientifique de l’efficacité d’une telle mesure sur la prévention de la transmission du SARS-CoV-2», il «recommande de ne pas mettre en œuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie». «Il préconise aussi de continuer d’assurer le nettoyage habituel des voiries et d’assurer le nettoyage et la désinfection à une fréquence plus régulière du mobilier urbain».

Les virucides existants

Sur le marché, il existe quelques produits ayant des qualités virucides, en aérosol ou à appliquer par thermonébulisation, nébulisation, ou pulvérisation, et même des fumigènes. Mais sachez qu’à ce jour, aucun désinfectant n’a été testé sur le SARS-CoV-2 (le nouveau coronavirus).

Dans le cadre du nouveau coronavirus, l’utilisateur devra vérifier sur l’AMM ou l’étiquette les conditions dans lesquelles la propriété virucide de ces produits professionnels inactive le virus.

L’existence d’une norme garantit l’efficacité du produit sur plusieurs types de virus, qui couvre normalement toutes les familles de virus dont le coronavirus. Pour traiter les surfaces en contact avec les denrées alimentaires et les aliments pour animaux, le produit devra être classé biocide TP 4.

D’une manière générale, en matière de désinfection, les professionnels doivent savoir ce contre quoi ils luttent. Ils se demanderont ensuite quelle matière active et quelle méthode d’application utiliser. Ils se rapprocherons alors préférablement d’un distributeur spécifique de produits de désinfection pour connaitre les produits adaptés à chaque situation.

Mais au fait, le CoViD-19, qu’est-ce que c’est ?

L’information foisonne sur le net. Mais ne vous renseignez pas n’importe où ! Allez :

  • visiter le site de l’OMS (pour connaitre les évolutions de l’actualité sur le COVID-19 et la situation épidémiologique de la France) ;
  • sur Santé publique France (pour la conduite à tenir) ;
  • consulter le site du Ministère des Solidarités et de la Santé (pour connaitre l’évolution de l’actualité en France) ;
  • sur le site du gouvernement ;
  • consultez l’Institut Pasteur ;
  • ou le European Centre for Disease Prevention and Control (en anglais).

Depuis le début de la crise du coronavirus, de fausses rumeurs circulent sur la toile et se répandent à la vitesse de la lumière. Non ! Les sèche-mains, les lampes de désinfection à ultraviolets, les solutions salines ou l’ail (!) ne protègent pas contre le nouveau coronavirus…

Et rappelons à toutes fins utiles que le CoVid-19 constitue une Urgence de santé publique de portée internationale. Les huiles essentielles et autres extraits de plantes « bio » ne sont donc pas recommandés pour les protocoles de désinfection. Ne retardez pas l’application de « vrais » traitements. En cas de doutes sur les produits à utiliser pour le nettoyage des locaux, reportez-vous aux recommandations du Haut Conseil de la santé publique.

Retrouvez les recommandations du Haut Conseil de la santé publique ici.

Les recommandations du European Centre for Disease Prevention and Control sont sur le site de l’ECDC.

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
0
J'adore
0
Etonnant
0

Découvrez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.