Désinsectisation

Punaise de lit : Une tribune pour faire réagir le gouvernement

punaise de lit

La punaise de lit est un véritable cauchemar. Une fois installée, elle se multiplie à une vitesse alarmante et est très difficile à déloger. En 2018, 400 000 logements (selon L’Express) ont été infestés par ces nuisibles et traités, un chiffre qui illustre bien le fléau des punaises de lit en France et qui ne cesse d’augmenter.

La tribune sur les punaises de lit au gouvernement appelle à plusieurs actions :

  • Mettre en place une campagne massive de sensibilisation sur ces insectes ;
  • Reconnaître les punaises de lit comme un problème de santé publique ;
  • Approfondir la Loi ÉLAN pour apporter davantage de solutions aux personnes infestées par le nuisible ;
  • Débloquer un financement du gouvernement pour traiter les lieux infestés ;
  • Inscrire la lutte contre les punaises de lit dans le Plan national Santé-Environnement 4 (PNSE 4).

Punaise de lit : gouvernement inactif

En février 2020, Julien Denormandie, qui était à cette époque ministre de la Ville et du Logement, avait annoncé le lancement d’un plan de lutte contre les punaises de lit dans un tweet. Pour prévenir du problème, le ministre avait mis en place un numéro vert ainsi qu’un site d’informations sur le sujet. Victime lui-même de cette invasion, le ministre semblait prendre très au sérieux le sujet.

Mais depuis, “rien n’a changé” a déclaré Mohamed Aïssani, président de l’Office public de l’Habitat de Bobigny.

Pourtant, plusieurs députés ont déjà soumis le problème au gouvernement, notamment Mathilde Panot en 2019, qui demandait déjà que la punaise de lit soit reconnue comme un enjeu de santé publique. Mais le projet n’a jamais abouti.

Une tribune pour en finir avec les punaises de lit

La tribune pour éradiquer le nuisible

Mohamed Aïssani et 25 élus de gauche, agacés par la situation et par le manque d’action du gouvernement, décident de s’exprimer publiquement sur le sujet, afin de déclencher une réaction de la part du gouvernement. Ils appellent à “en finir avec les punaises de lit”.

Leur tribune souligne leur impatience et appelle le gouvernement à agir le plus vite possible.

Punaises de lit gouvernement : Extrait de la tribune

“Le dépôt d’un énième rapport parlementaire auprès du gouvernement ne changera rien, l’heure n’est plus au constat mais à l’action. La recrudescence des punaises de lit pourrit la vie de dizaines de milliers de nos compatriotes. C’est un problème d’ampleur nationale. Il doit être traité à cette même échelle. […] Nous, élu.e.s de la République, appelons le gouvernement à agir en faveur d’un logement solidaire et responsable.”

Il est urgent d’en finir avec la punaise de lit

La tribune souligne également que l’insecte est un problème qui doit être de l’ordre de la santé publique. Comment en finir avec les punaises de lit ? Des professionnels doivent intervenir et appliquer des méthodes spéciales qui incluent ou non l’utilisation d’insecticides ou de biocides.

En effet, même sur un marché qui a tendance à tirer les prix vers le bas (avec du tout chimique), les interventions restent chères, et souvent inaccessibles aux personnes en situation précaire.

La situation est grave. En plus de provoquer des boutons, des démangeaisons et des lésions cutanées, la punaise de lit a un véritable impact sur la santé mentale des personnes qui en sont infestées. Ces nuisibles, qui se développent principalement dans les matelas et les draps, et sont présents dans les endroits les plus intimes de notre vie. Pour cette raison, ils sont source de détresses psychologiques et d’insomnies, qui persistent même des années après.

Un nouveau projet de loi pour en finir avec les punaises de lit

Mohamed Aïssani et les 25 députés de gauche souhaitent que la Loi ÉLAN, qui prévoit des mesures pour protéger les locataires en cas de présence de nuisibles, soit approfondie. Par exemple, la loi ne se prononce pas sur le responsable lorsqu’un logement est infecté par la punaise de lit. Cela peut être le propriétaire ou le locataire. Et cette question pose toujours problème au moment de savoir qui doit prendre en charge les frais de désinsectisation.

La solution est toute trouvée par Mohamed Aïssani et les députés : l’État doit prendre en charge les frais d’éradication du nuisible.

Aussi, ils souhaitent que le projet s’inscrive dans une démarche avec des valeurs écologiques et sociales. Il est notamment évoqué que les produits de désinsectisation devront être strictement encadrés, par respect pour l’environnement.

La tribune se termine par un dernier appel à l’action. Une campagne massive de sensibilisation doit débuter et la lutte contre les punaises de lit doit être inscrite dans le Plan national Santé-Environnement 4 (PNSE 4).

“Face à ces bêtes suceuses de sang, les gouvernements successifs ont jusqu’ici été piqués d’inertie. Il est urgent de les éradiquer grâce au concours d’une force publique, d’un État volontaire. Il est urgent d’entreprendre une campagne massive de sensibilisation auprès du grand public et d’inscrire cette lutte dans le Plan national Santé-Environnement 4 (PNSE 4). Nous en appelons à une mobilisation nationale à ce sujet et à un soutien concret de la part du gouvernement. Nous encourageons tou.te.s les élu.e.s et acteur.trices du logement social à se joindre à la lutte commune contre les punaises de lit.”

 

Source : https://www.lejdd.fr/Politique/tribune-25-elus-de-gauche-dile-de-france-appellent-a-en-finir-avec-les-punaises-de-lit-4028025

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
3
J'adore
5
Etonnant
0

Découvrez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.