DésinsectisationEnvironnement de travail

Entomologiste : pleins feux sur cette profession méconnue

Entomologiste capturant des insectes
©Gabriela
Bannière-Lodi group

Lorsqu’on demande ce que font les entomologistes, de nombreuses personnes convoquent immédiatement des images mentales d’Épinal…  Des personnes un peu ringardes, pas toujours hyper saines d’esprit, portant des casques coloniaux et des shorts pour aller dans la jungle et qui poursuivent un papillon avec un filet anti-insectes. Nous avons jugé bon de mettre de la lumière sur la profession d’entomologiste, malheureusement méconnue du grand public.

Les entreprises qui emploient des entomologistes

Bien qu’amusantes, ces images stéréotypées de l’entomologiste sont loin de la vérité. Il existe de nombreuses carrières différentes dans lesquelles les entomologistes formés peuvent trouver un emploi. De nombreux entomologistes en exercice ne tiennent jamais de filet à papillons ou ne font jamais de collection d’insectes.

Une fois sa spécialité définie, l’entomologiste (…) doit maîtriser et comprendre l’écosystème de son sujet.

Benoît Cottin, LGH – 3D (Dératisation, Désinsectisation et Désinfection)

Les entomologistes travaillent dans des laboratoires, des forêts et des bureaux. Certains sont employés dans des écoles ou des universités, tandis que d’autres travaillent pour le gouvernement ou l’armée. Beaucoup travaillent dans des industries étroitement liées à l’entomologie, telles que la recherche et le développement d’insecticides, ou encore l’agriculture. Dans de nombreux cas, ces professionnels ne sont pas des entomologistes spécialisés. Mais ils seront certainement plus performants et utiles en raison de leur formation générale en entomologie.

Il est important d’apprécier la variété des emplois possibles qu’offre l’entomologie. Très souvent, les entomologistes professionnels doivent travailler ensemble pour résoudre des problèmes particuliers et mener à bien des projets. L’expertise de diverses disciplines est toujours un avantage. Pour cette raison, il est utile de savoir ce que font les collègues entomologistes.

« Une fois sa spécialité définie, l’entomologiste, comme les herpétologistes, ichtyologistes par exemple, doit maîtriser et comprendre l’écosystème de son sujet. D’autres connaissances sont alors indispensables, botanique, écologie, dynamique des populations, physiologie… », indique Benoît Cottin, entomologiste et gérant de LGH – 3D (Dératisation, Désinsectisation et Désinfection).

Entomologie : des domaines variés

Il existe plusieurs domaines dans lesquels des entomologistes peuvent travailler. On vous en présente quelques-uns. Mais cette liste n’est pas exhaustive.  Ils ne représentent donc pas tous les emplois possibles pour les entomologistes.

Sur le terrain, l’entomologiste inventorie et recense les insectes d’un lieu précis, lui permettant de recueillir de nombreuses données écologiques sur l’environnement.

Benoît Cottin, LGH

Entomologiste militaire

Toutes les branches de l’armée – terre, marine, armée de l’air – emploient et forment des entomologistes pour protéger les troupes contre les attaques d’insectes nuisibles, en particulier les vecteurs de maladies infectieuses, comme le moustique. Il faut aussi protéger des insectes nuisibles les installations militaires, les véhicules, les aliments et les uniformes. Pour devenir entomologiste militaire, une personne doit s’intéresser à l’entomologie militaire, médicale et à la lutte antiparasitaire.

Entomologiste médico-légal

L’entomologiste peut également exercer dans le cadre de la médecine légale, pour établir notamment la datation de la mort lors de la découverte d’un corps.

« L’entomologie médico-légal a eu son beau rôle avec les experts d’une série américaine bien connue. Ces spécialistes récupèrent des larves d’insectes sur un cadavre, et connaissant le cycle de l’espèce, et la météo, ils sont capables de dater la mort du pauvre défunt ! », commente Benoit Cottin.

Les entomologistes judiciaires s’occupent de la loi et tentent généralement de reconstituer des événements entomologiques pour résoudre des problèmes. Cela comprend, entre autres, les enquêtes sur les meurtres. Les entomologistes médico-légaux enquêtent sur les blessures, les maladies, la contamination des aliments, les dommage causés aux plantes et les dommages structurels causés par les insectes.

Entomologiste réglementaire

Les organismes de réglementation emploient des entomologistes pour superviser le développement et / ou l’application des politiques et réglementations impliquant des insectes nuisibles ou des pesticides.

Entomologiste dans l’industrie alimentaire, agricole ou pharmaceutique

Ces postes sont nombreux, variés. Ils vont de la recherche et développement à la vente et à la relation client. Ces profils sont recherchés. L’industrie des semences, l’agrochimie et les industries biomédicales et pharmaceutiques recrutent.

Technicien hygiéniste pour le contrôle des nuisibles

Le contrôle des insectes est essentiel à la santé humaine, au confort et à la production alimentaire. Les personnes employées dans la lutte antiparasitaire ont besoin de nombreuses compétences pour gérer correctement les nuisibles. La lutte antiparasitaire professionnelle est transversale et traverse de nombreuses secteur. Elle est l’apanage aussi bien de grandes entreprises que de petites entreprises privées. Les grandes installations (hôpitaux, université…) peuvent employer leur propre technicien en interne.

Lire également : Que font les entreprises de 3D ?

On peut également citer les entomologistes universitaires qui font de l’enseignement, de la recherche ou de la vulgarisation. D’autres font de l’éducation et de la sensibilisation aux insectes…

Entomologie urbaine : un expert s’exprime sur la question

« En gros, même si l’entomologie est déjà une spécialité, cette discipline connaît de nombreuses sous-disciplines », indique Benoît Cottin, de LGH – 3D Dératisation, Désinsectisation et Désinfection. Il continue ainsi: « Certaines sont connues, d’autres un peu moins ! Les entomologistes aident les bureaux d’études lors de grands projets urbains ou de travaux publics dans leur rôle de mesure et de garantie d’une certaine biodiversité dans ces milieux anthropisés. Ils doivent faire face à des enjeux écologiques, économiques et territoriaux.

« Le myrmécologue, entomologiste spécialiste des fourmis, peut étudier les interactions entre les individus d’une même fourmilière. Une étude récente a par exemple montré que certaines espèces de fourmis sauvent et prennent soin de leurs congénères.

« D’autres étudient les relations étranges et étroites (mutualisme) entre un papillon protégé (l’Azuré du thym sauvage) et les fourmis. À l’automne, la chenille se laisse tomber et se fait attraper par les fourmis, sécrète des substances sucrées pour les nourrir. En échange, les fourmis protègent la chenille des rigueurs de l’hiver et des prédateurs et parasites potentiels.

« D’autres entomologistes vont étudier les insectes dits auxiliaires, ces insectes qui aident naturellement à la protection des cultures. Mieux connaître ces insectes, c’est mieux utiliser ou non des pesticides.

« Les entomologistes étudient l’entomophagie ! Le simple fait de manger… des insectes ! Très très riches en protéines, ils pourraient permettre de nourrir une partie des populations. Déjà très répandue en Afrique et en Asie, la société Ynsect développe ses insectes pour la nutrition animale et humaine.

« Les entomologistes médicaux étudient les insectes (moustiques, mouches, punaises, etc.) appelés vecteurs. Ces vecteurs transmettent de nombreuses maladies parasitaires et virales. Rappelons que le paludisme a tué plus de 600 000 personnes en 2021. Maîtriser, contrôler par la lutte anti-vectorielle (LAN) les moustiques c’est sauver des milliers de vies humaines. »

Devenir entomologiste : principales compétences et qualités à avoir

Vous avez des fourmis dans les jambes et vous aimez le travail sur le terrain ? Alors le métier d’entomologiste devrait vous correspondre ! Amoureux des petites bêtes, découvrez vite cet expert des insectes et son rôle essentiel dans la protection de l’environnement et des écosystèmes.

  • maîtriser la biologie dans son ensemble (faune et flore) ;
  • aimer le travail sur le terrain ;
  • être passionné par son travail ;
  • faire preuve de rigueur et de patience ;
  • être curieux ;
  • avoir une bonne condition physique et être mobile ;
  • savoir partager ses connaissances.

L’entomologiste est spécialisé dans l’étude des insectes. Il connaît leur mode de vie, leur mode de reproduction, leur anatomie, ainsi que leur rôle  dans l’environnement et dans les écosystèmes. Il peut exercer sur le terrain ou en laboratoire.

Sur le terrain, l’entomologiste recense et catégorise les espèces afin d’étudier par exemple comment les insectes peuvent propager des maladies dans des cultures. Cette analyse permet également d’obtenir un état des lieux écologique d’une région et d’agir en faveur de la protection des invertébrés. Il peut par ailleurs jouer un rôle de conseil dans la bonne utilisation des insectes recensés pour des besoins agricoles, forestiers ou environnementaux.

Dans son laboratoire, l’entomologiste se concentre sur l’étude d’un ou de deux insectes. Il procède aussi à des analyses sur les vecteurs de maladies contagieuses. Il fait des élevages afin de tester, vérifier et définir des mesures de lutte biologique ou chimique contre les insectes nuisibles à certaines cultures ou encore dangereux pour la santé d’autres espèces vivantes (animaux, êtres humains, arbres…).

L’entomologiste est également amené à faire des conférences ou à rédiger des articles scientifiques pour partager ses connaissances avec ses collègues internationaux.

Lire également : Moustique tigre, comment les Français le perçoivent

Comment devenir entomologiste ?

Pour devenir entomologiste, voici quelques exemples de formations que vous pouvez suivre :

  • Master Biologie Écologie Évolution, parcours Master International en Entomologie ;
  • Master en biologie ;
  • École d’ingénieur spécialisée en biologie.

Les conditions de travail

L’entomologiste exerce en extérieur et en laboratoire. Il peut donc être amené à se déplacer régulièrement, dans des conditions climatiques pas toujours clémentes, et sur de longues périodes.

« Sur le terrain, l’entomologiste inventorie et recense les insectes d’un lieu précis, lui permettant de recueillir de nombreuses données écologiques sur l’environnement », ajoute Benoit Cottin.

Le salaire d’un entomologiste

Un entomologiste débutant gagne environ 1500 à 2000 euros bruts mensuels. Ce salaire est évidemment évolutif. En revanche cette évolution dépendra de son secteur d’activité : environnement, médecine légale, enseignement et recherche…

Sources : Purdue University | Futura (science)

Consulter également :

ÉCRIVEZ-NOUS
Avez-vous des nouvelles sur le secteur 3D,  que vous souhaitez partager avec nous? 
communication@hamelin.info

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
2
Bravo
1
Instructif
2
Intéressant
1

Découvrez aussi

commentaires clos