Mickaël Vannieuwenhuyse


L’expert du moment, c’est Mickaël Vannieuwenhuyse. Avec plus de dix années d’expérience sur le terrain, le gérant de la société Efficace, est désormais un véritable spécialiste de la lutte contre les nuisibles. Ce piégeur agréé a une grande connaissance des méthodes de lutte et des produits nécessaire à la régulation des populations de nuisibles. Passionné par son métier, il a lancé une chaîne YouTube qui connaît un succès surprenant ! Découvrez-le dans cet entretien exclusif !

Est-ce que vous pouvez vous présenter ? Qui êtes-vous ?

Qui suis-je ? Alors, c’est très simple. Je suis Vannieuwenhuyse Mickaël. J’ai 34 ans et je suis un professionnel de la dératisation et de la désinsectisation dans le Nord de la France depuis maintenant environ 11 ans. J’ai également une chaîne YouTube qui se nomme Votre expert anti-nuisibles, où j’aborde les problèmes liés aux nuisibles, que peuvent rencontrer la majorité des gens, donc le grand public, et dans laquelle j’apporte mes conseils et astuces de professionnels afin de pouvoir prodiguer des solutions à ces problèmes.

Pourquoi êtes-vous entré dans la lutte antiparasitaire ?

Comment je me suis lancé dans la dératisation ? En fait, c’est vraiment très simple. J’ai baigné dedans étant plus jeune directement par le biais de mon père puisque mon père était un professionnel de la dératisation. Et en fait, je me suis intéressé à ce métier-là. J’ai beaucoup appris justement grâce à lui. Maintenant, il a pris sa retraite. Mais on peut dire que je suis la relève, c’est vraiment ça. J’ai commencé ce métier tout simplement en tant qu’applicateur hygiéniste dans une société de dératisation, ce qui m’a vraiment permis de progresser et de faire mon expérience du terrain. Dans cette entreprise, j’intervenais surtout chez les particuliers, mais également les professionnels des métiers de bouche, donc les restaurants, et les collectivités aussi. Et j’ai aussi travaillé pour l’industrie agroalimentaire. Et tout simplement, j’ai fait mon expérience en tant que technicien. Et ensuite, lorsque je me suis senti prêt et surtout capable, j’ai créé ma propre société de prestations de services pour les particuliers et les professionnels.

Est-ce que vous pouvez m’expliquer comment l’aventure a commencé ?

Eh bien en fait, la raison est vraiment très simple. Je suis parti d’un constat vraiment cinglant. À chaque fois que les particuliers, en grande majorité, faisaient appel à mes services, et me sollicitaient, dans la plupart des cas, avant de faire appel à moi, au préalable, ils avaient tenté systématiquement de régler leurs problèmes de nuisibles par eux-mêmes. Donc en gros, pour faire simple, ils se rendent en grande surface où ils peuvent se procurer des pièges et des produits divers. Ou alors, ils se renseignent sur Internet, sur différentes techniques pour mettre fin au problème de nuisibles. Et en fait, tout simplement, dans la plupart des cas, j’ai constaté qu’ils commettaient plusieurs erreurs dans leur démarche. Soit, ils se procuraient des pièges qui n’étaient pas du tout adaptés aux nuisibles ciblés, ou alors ils essayaient de mettre en pratique les fameuses recettes miracles qu’on trouve un peu partout sur Internet. Et en fait, c’est de là qu’est parti mon constat – et ma réflexion. C’est-à-dire que je me suis dit : il y a plein de pièges. Il y a des pièges absolument partout qui sont disponibles. Mais il n’y a absolument aucun conseil. Je me suis dit : c’est quand même fou, on vend des pièges, mais il n’y a aucun conseil qui est apporté sur l’utilisation ou l’emplacement, etc. Donc en fait, c’est de là que m’est venue l’idée de base. Et je me suis dit : il faut que je crée une chaîne YouTube, justement pour apporter toutes les solutions, mes conseils, mes astuces afin de combler ce manque de conseil, ce manque d’expertise pour la majorité des gens. Et j’ai également constaté un autre phénomène. C’est le nombre croissant des personnes qui se reconvertissent dans le métier. C’est-à-dire que là, j’ai constaté l’apparition de nouveaux, de nouvelles personnes qui se lancent dans ce métier et qui n’ont pas forcément d’expérience. Et c’est aussi pour eux, pour les nouveaux professionnels du monde de la 3D, afin de les aider en leur faisant profiter de mon expérience du terrain tout simplement. Et même d’ailleurs, à l’époque où j’étais jeune technicien, j’aurais vraiment adoré qu’un professionnel crée une chaîne YouTube et partage son savoir, son expérience sur le sujet.

Vous n’avez pas peur que cela vous retire des clients ?

Non, pas du tout parce qu’il y a forcément deux catégories de personnes. Il y avait des personnes, dans tous les cas, ils ne le feront pas eux-mêmes. Parce qu’ils trouvent cela répugnant, ou alors ils sont carrément à la limite de la phobie, ou alors même ils se disent carrément : non moi je ne veux pas mettre les mains là-dedans, il y a des professionnels pour ça, je vais plutôt m’orienter vers un professionnel. Et il y a ces personnes qui se disent : bon, après tout, je vais essayer dans un premier temps de le faire moi-même. Donc, dans tous les cas, le monde de la 3D, quand on regarde l’évolution, il est croissant d’année en année. On fait de plus en plus appel à nos services. Donc honnêtement, je ne crois pas du tout que ça va faire baisser le nombre d’interventions. Et j’ai même envie de dire au contraire ! Au contraire ! C’est le but de ma chaîne aussi. C’est démontrer une bonne image, une image favorable des professionnels, justement pour que les particuliers se disent : il y a quand même des professionnels sérieux, je peux compter sur eux. Le but, ce n’est pas vraiment de faire baisser le nombre d’interventions. De toute façon, il ne baissera pas, il ne fait qu’augmenter d’année en année.

Et par rapport à votre cible professionnelle, j’imagine que vous avez de très bons retours de la part des techniciens comme vous dites « débutants », qui vous suivent certainement de manière très assidue…

C’est ça ! J’ai même des jeunes professionnels, des professionnels débutants, qui ont pris contact téléphoniquement avec moi, depuis n’importe quelle région de France, ça va du Breton au Marseillais… Et ils me disent : eh bien voilà Mickaël cela fait six mois que je me suis lancée et puis là, je suis chez un client, je rencontre des difficultés sur un problème particulier, est-ce que tu aurais des conseils à me délivrer ? Et, c’est toujours un plaisir de leur répondre. Si je peux aider, là-dessus, je n’ai vraiment aucun problème. Et puis en même temps, si ça peut permettre de faire découvrir le métier, et de susciter des vocations, pourquoi pas ?

Quand est-ce que vous avez commencé la chaine YouTube ?

Alors, la chaîne YouTube, elle a été créée de mémoire en mars 2019. Donc on va dire qu’elle a un peu plus de deux ans.

Vous postez à quelle fréquence des vidéos ? 

Alors j’essaye, et je dis bien j’essaye parce que ce n’est pas toujours évident parce que ça demande quand même du travail… J’essaie de poster une vidéo le mardi et une vidéo le samedi. Bien évidemment, des fois, je n’y arrive pas. Donc je poste une vidéo par semaine. Mais en règle générale, c’est deux. Mais, en fait je poste des vidéos lorsqu’il y a matière, vous voyez. Il faut qu’il y ait matière à poster une vidéo. Si c’est pour mettre une vidéo pour dire de mettre une vidéo, ce n’est pas forcément ça qui m’intéresse.

Comment choisissez-vous vos contenus ?

Les contenus viennent à moi (rires). Ils viennent à moi, c’est-à-dire qu’il y a des particuliers qui m’envoient des mails, qui me disent : voilà, j’habite telle ville, à côté de chez vous, pas très loin, est-ce que c’est possible d’intervenir ? Et lorsque j’interviens… J’ai toujours un bon relationnel avec les gens donc, ça se passe vraiment très bien. Ils sont à l’aise avec moi. J’arrive à les rassurer. Et lorsque le sujet est un peu atypique, ou je me dis : tiens, ce serait pas mal de filmer cette intervention-là pour la partager, je demande au particulier, qui généralement accepte sans problème puisque je garde totalement l’anonymat des personnes chez qui je me présente. Et puis, je le fais un peu comme ça. Je le fais vraiment au feeling.

J’ai vu que vous proposiez des tests de produits. Est-ce que vous avez été approchés par des gens qui voudraient placer des produits ?

Placer des produits, non.

Mettre en avant des produits ?

Non, non, non. D’ailleurs, je n’ai pas de partenariat. Je n’ai pas de partenariat du tout. En fait, les produits que j’utilise, je n’en utilise pas forcément énormément. Je fais ma sélection. En gros, j’utilise les produits qui sont le plus efficaces, voilà, que j’ai testés le plus, avec lesquels j’ai le plus de résultats. Tout simplement, si demain il y a un nouveau piège admettons pour les rats, qui fonctionne très bien, je n’aurai aucun mal à mettre en avant, à présenter ce nouveau produit puisqu’il est meilleur que les précédents. C’est uniquement ça. Mais je n’ai pas de partenariat, absolument pas !

Vous avez combien de gens qui vous suivent sur cette chaîne ?

Cette chaîne comptabilise un peu plus de 70 000 abonnés, ce qui m’étonnera toujours, ce qui me surprend également toujours, agréablement. Je ne vais pas non plus bouder mon plaisir. C’est vrai que c’est une grande satisfaction. Donc là aujourd’hui on est à un peu plus. On doit tourner aux alentours des 73 000, il me semble, ou quelque chose comme ça.

A suivre …..Fin de la 1ere partie du Podcast

Retrouvez la deuxième partie du podcast ici.

A lire également :

0 %

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Hamelin.

Hamelin.info

Actualités, Décryptage, Portrait, Interview.. Accédez au meilleur de l’actu des 3D ! Alors on se tient au courant?

1 newsletter / mois, promis !
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Hamelin.