Désinsectisation

Pourquoi les moustiques piquent-ils certaines personnes plus que d’autres ?

moustique
@as

Les moustiques et les maladies qu’ils propagent ont tué plus de personnes que toutes les guerres de l’histoire réunies. En fait, d’après les statistiques, le moustique est de loin la créature la plus mortelle au monde pour les humains.

La lutte contre les moustiques : une nécessité mondiale pour prévenir les maladies infectieuses

Rien qu’en 2018, cet insecte aurait été responsable d’environ 725 000 décès, d’après les estimations de la fondation Bill & Melinda Gates. La même année, la deuxième place a été occupée par les humains eux-mêmes, qui ont causé la mort de 437 000 de leurs congénères. Viennent ensuite (et de loin) les agressions conjuguées des serpents, des chiens, des escargots venimeux, des crocodiles, des hippopotames, des éléphants, des lions, des loups et des requins.

Cette situation manifestement préoccupante a incité l’Organisation mondiale de la santé à approuver en 2017 la stratégie mondiale de lutte antivectorielle (Global Vector Control Response, GVCR) 2017-2030. Il s’agit d’un effort visant à guider stratégiquement les pays afin qu’ils intensifient et renforcent de toute urgence la lutte antivectorielle, y compris la lutte contre les moustiques.

Cette approche est essentielle pour prévenir les maladies et répondre aux épidémies infectieuses émergentes. Après tout, ils peuvent transmettre des maladies aussi diverses que la fièvre du Nil occidental, le Zika, la dengue, la fièvre jaune, le chikungunya, l’encéphalite de Saint-Louis, la filariose lymphatique, l’encéphalite de La Crosse, la maladie de Pogosta, la fièvre d’Oropouche, La maladie du virus Tahyna, la fièvre de la vallée du Rift, l’infection par le virus de la forêt de Semliki, la fièvre de Sindbis, l’encéphalite japonaise, la fièvre de Ross River, la fièvre de la forêt de Barmah ou le paludisme (qui causera 627 000 décès rien qu’en 2020). D’où l’intérêt de comprendre ce qui fait que les moustiques choisissent de nous piquer plutôt que la personne à côté de nous.

Dioxyde de carbone et odeur corporelle

Les moustiques mâles et femelles pouvaient vivre sans piquer d’autres animaux. Mais les femelles ont besoin de sang pour compléter leur cycle de reproduction. Il y a presque un siècle, le dioxyde de carbone (CO₂) a été identifié comme un agent d’attraction des moustiques. De plus, ce gaz a été utilisé pour piéger les moustiques femelles à la recherche du sang nécessaire à l’acquisition des nutriments pour la génération des œufs, l’ovogenèse.

Cependant, il n’y a pas de preuve disponible pour suggérer que le CO₂ médiateur de l’attraction différentielle. En d’autres termes, les niveaux d’émission de dioxyde de carbone n’expliquent pas pourquoi les moustiques préfèrent systématiquement une personne à une autre.

Alors, qu’est-ce que c’est ? Il existe d’autres indices physiques et chimiques qui conditionnent l’attirance du moustique pour certaines personnes. En particulier, la chaleur, la vapeur d’eau, l’humidité, les repères visuels et, surtout, les odeurs émanant de la peau.

Les odeurs qui attirent les moustiques

Bien que l’on ne sache pas encore très bien quelles sont les odeurs qui attirent le plus les moustiques, plusieurs études désignent des molécules telles que l’indole, le nonanol, l’octénol et l’acide lactique comme principaux suspects. Une équipe de chercheurs dirigée par Matthew DeGennaro de l’Université internationale de Floride (États-Unis) a identifié un récepteur olfactif unique, appelé récepteur ionotropique 8a (IR8a), qui permet au moustique Aedes aegypti de détecter l’acide lactique. Ce moustique est d’ailleurs un transmetteur de la dengue, du chikungunya et du Zika.

Bannière-moustique-Viepest

Lorsque les scientifiques ont muté le récepteur IR8a, présent sur les antennes des insectes, ils ont découvert que les moustiques étaient incapables de détecter l’acide lactique et d’autres odeurs acides émises par les humains.

L’acétophétone, le « parfum » qui attire les moustiques

D’autre part, des recherches récentes suggèrent que les virus de la dengue et du Zika modifient l’odeur des souris et des humains qu’ils infectent pour les rendre plus attractifs pour les moustiques. C’est une stratégie intéressante, car elle les incite à mordre l’hôte, à boire son sang infecté, puis à transmettre le virus à un autre individu. Ils y parviennent en modifiant l’émission d’une cétone aromatique, l’acétophénone, qui est particulièrement attrayante pour les moustiques.

Normalement, la peau des humains et des rongeurs produit un peptide antimicrobien qui limite les populations bactériennes. Or, il a été démontré que chez les souris infectées par la dengue ou le Zika, la concentration de ce peptide diminue et les bactéries du genre Bacillus prolifèrent, déclenchant la production d’acétophénone. Chez l’homme, le phénomène est similaire : les odeurs recueillies sous les aisselles des patients atteints de la dengue contenaient davantage d’acétophénone que celles des personnes en bonne santé.

Microbes changeant d’odeur

Ce n’est pas le seul cas où un micro-organisme manipule la physiologie des moustiques et des hôtes humains pour favoriser la transmission. Par exemple, il a été démontré que le parasite du paludisme, Plasmodium falciparum, augmente la production d’aldéhydes, de monoterpènes et d’alcools dans la peau des hôtes humains infectés, ce qui les rend plus attrayants pour les moustiques Anophèles, les principaux vecteurs du paludisme. En conséquence, les moustiques sont plus susceptibles de mordre les personnes infectées par le paludisme, ce qui favorise la propagation de la maladie.

Bannière-moustique-Viepest

Facteurs génétiques et personnalité

Il existe également des facteurs génétiques qui influencent la manière dont une personne est attirante pour les moustiques. Certaines personnes ont une composition génétique qui les rend moins attractives pour les moustiques, tandis que d’autres sont plus attirantes en raison de la présence de certaines protéines ou molécules sur leur peau.

Des études ont également montré que les moustiques peuvent être attirés par certaines personnalités. Par exemple, les personnes anxieuses ou stressées dégagent des signaux chimiques et des hormones qui peuvent attirer les moustiques. De même, les moustiques peuvent être attirés par les personnes qui ont une température corporelle plus élevée ou qui transpirent davantage.

Prévenir les piqûres de moustiques

En fin de compte, il est important de prendre des mesures pour prévenir les piqûres de moustiques, que vous soyez particulièrement attractif pour eux ou non. Utilisez des répulsifs contenant du DEET, de la picaridine ou de l’huile d’eucalyptus citronné, portez des vêtements longs et amples, installez des moustiquaires et éliminez les eaux stagnantes autour de votre maison pour réduire les populations de moustiques.

Comprendre pourquoi les moustiques sont attirés par certaines personnes plus que d’autres est essentiel pour développer de meilleures méthodes de prévention et de lutte contre les moustiques. Cela pourrait également aider à réduire la transmission de maladies graves telles que le paludisme, la dengue et le Zika.

La recherche en cours

Les chercheurs continuent d’étudier les facteurs qui influencent les préférences des moustiques en matière de piqûres, y compris les différences génétiques, les odeurs corporelles et les signaux chimiques émis par les personnes. Des progrès dans ce domaine pourraient conduire à de nouvelles stratégies de contrôle des moustiques, telles que des répulsifs plus efficaces ou des pièges à moustiques qui ciblent spécifiquement les insectes vecteurs de maladies.

De plus, la recherche sur les mécanismes par lesquels les micro-organismes, tels que les virus et les parasites, manipulent l’odeur corporelle et d’autres facteurs pour favoriser la transmission pourrait aider à élaborer des traitements et des vaccins pour lutter contre les maladies transmises par les moustiques.

Conclusion

Les moustiques sont attirés par certaines personnes plus que d’autres en raison d’un certain nombre de facteurs, notamment les odeurs corporelles, les signaux chimiques, la température corporelle et les facteurs génétiques. Comprendre ces facteurs et les mécanismes sous-jacents peut aider à développer de meilleures stratégies de prévention et de lutte contre les moustiques, ainsi qu’à réduire la transmission de maladies potentiellement mortelles. Prendre des mesures pour prévenir les piqûres de moustiques, comme l’utilisation de répulsifs et l’élimination des sites de reproduction, est crucial pour protéger notre santé et celle de nos proches.

Continuez votre lecture sur la thématique :

Bannière-moustique-Viepest

FAQ

Quels facteurs attirent les moustiques chez certaines personnes ?

Les moustiques sont attirés par différents facteurs tels que la chaleur, la vapeur d’eau, l’humidité, les repères visuels et, surtout, les odeurs émanant de la peau. Des molécules comme l’indole, le nonanol, l’octénol et l’acide lactique ont été identifiées comme principales substances responsables de l’attraction des moustiques.

Comment le dioxyde de carbone (CO₂) influence-t-il l’attraction des moustiques ?

Le dioxyde de carbone (CO₂) a été identifié comme un agent d’attraction des moustiques depuis près d’un siècle. Cependant, il n’y a pas de preuve suggérant que le CO₂ soit le médiateur de l’attraction différentielle, c’est-à-dire que les niveaux d’émission de CO₂ n’expliquent pas pourquoi les moustiques préfèrent systématiquement une personne à une autre.

Quel rôle jouent les odeurs corporelles et les composés chimiques dans l’attraction des moustiques ?

Les odeurs corporelles et les composés chimiques jouent un rôle crucial dans l’attraction des moustiques. Les moustiques sont capables de détecter des molécules spécifiques, comme l’acide lactique, grâce à des récepteurs olfactifs uniques. Cela leur permet de choisir leurs cibles en fonction des odeurs émises par chaque individu.

Comment les virus de la dengue et du Zika modifient-ils l’odeur des personnes infectées pour les rendre plus attractives pour les moustiques ?

Les virus de la dengue et du Zika modifient l’émission d’une cétone aromatique, l’acétophénone, qui est particulièrement attrayante pour les moustiques. Cette modification de l’odeur rend les personnes infectées plus attractives pour les moustiques, favorisant ainsi la transmission du virus d’un individu à un autre.

Quelle est la relation entre le parasite responsable de la malaria et l’attraction des moustiques ?

Le parasite responsable de la malaria, le Plasmodium falciparum, produit un précurseur isoprénoïde, le (E)-4-hydroxy-3-méthyl-but 2-enyl pyrophosphate (HMBPP), qui affecte le comportement du moustique en matière de recherche de sang et d’alimentation en sang, ainsi que sa sensibilité à l’infection. Le HMBPP augmente la libération de CO₂, d’aldéhydes et de monoterpènes par les globules rouges humains, attirant ainsi davantage les moustiques vers les personnes infectées.

ÉCRIVEZ-NOUS !

 Avez-vous des nouvelles sur le secteur de la lutte anti-nuisibles que vous souhaitez partager avec nous? 

Sollicitez la rédaction :  communication@hamelin.info

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
7
Bravo
3
Instructif
8
Intéressant
4

Découvrez aussi

commentaires clos