Désinsectisation

Réussir la lutte contre les moustiques : une approche intégrée

technique de lutte intégrée contre moustique

Les autorités sanitaires françaises, en collaboration avec des organismes tels que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) et le ministère de la Santé, mettent en œuvre des stratégies intégrées pour lutter contre les maladies transmises par les moustiques. En examinant les informations biologiques sur la vie et la reproduction des moustiques ainsi que les données épidémiologiques sur les maladies, ces organisations ont développé une méthodologie pour une lutte efficace contre les moustiques.

Lutte intégrée contre les moustiques

Pour gérer efficacement les moustiques, il est important d’intervenir à différents stades de leur cycle de vie, avant qu’ils ne piquent et n’infectent une personne.

La meilleure méthode de lutte contre les moustiques consiste à tirer parti de tous les stades de vie du moustique pour le contrôler. En utilisant une approche unifiée appelée lutte intégrée contre les parasites ou IPM (du sigle anglais pour Integrated Pest Management).

Les autorités sanitaires recommandent l’adoption de la lutte intégrée contre les nuisibles dans toutes les communautés et les régions de lutte antivectorielle. Les programmes de lutte antiparasitaire intégrée s’appuient sur l’éducation des résidents et la surveillance des nuisibles.

Une stratégie de lutte antiparasitaire intégrée réussie peut utiliser des pesticides.

La lutte antiparasitaire intégrée utilise une combinaison de méthodes pour contrôler les populations de moustiques. En prenant des décisions basées sur la surveillance, telle que le suivi ou le comptage du nombre et des types de moustiques dans une zone. La surveillance est un élément essentiel de tout programme IPM réussi, car les résultats de la surveillance aident à déterminer la réponse appropriée à une infestation. Les infestations étendues ou les situations où une maladie est présente nécessitent une réponse différente de celles des infestations moins importantes.

Les autorités sanitaires reconnaissent la nécessité légitime et urgente d’utiliser des pesticides, dans certaines circonstances, pour lutter contre les moustiques adultes. Cela est particulièrement vrai pendant les périodes de transmission des maladies par les moustiques. Ou lorsque la réduction à la source et le contrôle des larves ont échoué ou ne sont pas réalisables.
En France, des efforts sont déployés activement pour lutter contre les moustiques vecteurs de maladies telles que le paludisme, la dengue et le chikungunya. Cependant, des méthodes supplémentaires sont nécessaires pour lutter contre les moustiques adultes.

4 tactiques pour la lutte intégrée contre les moustiques.

Une stratégie intégrée de lutte contre les moustiques comprend plusieurs tactiques pour éliminer les moustiques et leur habitat. Voici 4 stratégies essentielle pour une lutte intégrée contre les moustiques : 

1. Supprimer les habitats des moustiques 

Une partie importante de la lutte contre les moustiques autour des habitations consiste à s’assurer que les moustiques ne disposent d’aucun endroit où pondre leurs œufs. Étant donné que les moustiques ont besoin d’eau pour leurs deux étapes de vie, il est crucial de surveiller les sources d’eau stagnantes.

  • Éliminez l’eau stagnante dans les gouttières, les vieux pneus, les seaux, les bâches en plastique, les jouets ou tout autre récipient où les moustiques peuvent se reproduire.
  • Videz et changez l’eau des bains d’oiseaux, des fontaines, des piscines pour enfants, des citernes de récupération d’eau de pluie et des soucoupes de pots de fleurs au moins une fois par semaine pour éliminer les habitats potentiels des moustiques.
  • Drainez les piscines temporaires ou remplissez-les de terre lorsqu’elles ne sont pas utilisées.
  • Veillez à ce que l’eau des piscines soit traitée et circule correctement.

2. Utiliser des barrières structurelles 

Étant donné que les moustiques piquent souvent à l’intérieur des habitations, l’utilisation de barrières structurelles est essentielle pour minimiser les piqûres. Voici quelques exemples de barrières structurelles :

  • Installez des moustiquaires aux fenêtres et aux portes si elles ne sont pas déjà en place.
  • Bouchez tous les interstices des murs, des portes et des fenêtres pour empêcher les moustiques de pénétrer.
  • Assurez-vous que les moustiquaires aux fenêtres et aux portes sont bien fixées et exemptes de trous.
  • Couvrez complètement les poussettes et les lits de bébé avec des moustiquaires. Les moustiquaires peuvent être particulièrement importantes pour protéger une personne malade contre les piqûres de moustiques, qui pourraient transmettre la maladie à d’autres personnes.

3. Maximiser l’efficacité de la lutte contre les moustiques grâce à la gestion de l’habitat
L’impact le plus significatif sur les populations de moustiques se produit lorsqu’ils sont concentrés, immobiles et accessibles. Pour maximiser l’efficacité de la lutte contre les moustiques, il est essentiel de se concentrer sur la gestion de leur habitat et la lutte contre les stades immatures. Cela implique de cibler les œufs, les larves et les nymphes avant qu’ils n’émergent en tant qu’adultes. En adoptant cette approche, on réduit la nécessité d’utiliser des pesticides à grande échelle, tout en maximisant leur efficacité. Les larvicides jouent un rôle clé en ciblant les larves dans les habitats de reproduction, empêchant ainsi leur transformation en moustiques adultes et leur dispersion. Découvrez comment la gestion de l’habitat peut contribuer à réduire les populations de moustiques adultes dans les zones environnantes.

4. Mobiliser la communauté pour lutter contre les moustiques en France

La lutte contre les moustiques ne peut être efficace sans la participation active de la communauté, en particulier dans les zones urbaines de France. Les résidents, les voisins et les propriétaires jouent un rôle crucial en éliminant les eaux stagnantes et en signalant leur présence, contribuant ainsi à éliminer les plus petites sources d’eau stagnante. Cependant, il est important de reconnaître que certaines espèces de moustiques, comme l’Aedes aegypti, se reproduisent dans divers endroits dispersés, rendant impossible l’élimination de toutes les eaux stagnantes. Dans de tels cas, il est essentiel de compléter l’élimination des habitats par d’autres moyens de lutte. Découvrez comment la participation active des habitants peut renforcer les efforts de lutte contre les moustiques, et comment elle peut contribuer à prévenir la propagation de maladies vectorielles.

Lutte contre les moustiques adultes 

L’utilisation d’un pesticide homologué par les autorités sanitaires est l’une des options les plus rapides et les plus efficaces pour lutter contre les moustiques adultes. 

Les pesticides homologués à cet effet sont connus sous le nom d’adulticides

Les adulticides peuvent être appliqués par pulvérisation aérienne ou terrestres à l’aide de pulvérisateurs montés sur des véhicules.

Les techniques de pulvérisation aérienne permettent de traiter de vastes zones avec de faibles quantités de pesticides. Elles sont utilisées en toute sécurité depuis de nombreuses années. Ces pulvérisations aériennes ont été rigoureusement évaluées par les autorités sanitaires.  Pour garantir l’absence de risques pour les personnes et l’environnement lorsqu’elles sont utilisées conformément aux instructions figurant sur l’étiquette.

Les adulticides pour moustiques sont appliqués sous forme de pulvérisations à ultra bas volume (ULV). Les pulvérisateurs ULV dispersent des gouttelettes extrêmement fines. Par exemple, l’insecticide utilisé peut avoir une taille de gouttelettes de 80 microns ou moins. Ce qui signifie que des centaines de milliers de gouttelettes peuvent tenir dans un objet aussi petit qu’un petit pois. Lorsqu’elles sont dispersées dans l’air depuis un avion, ces minuscules gouttelettes restent en suspension le plus longtemps possible.  En suit elles se déplacent dans une zone située au-dessus du sol, et éliminent les moustiques présents dans l’air au contact des gouttelettes.
La petite taille des gouttelettes rend le pesticide plus efficace. Ce qui signifie que l’on utilise moins de pesticides pour mieux protéger les personnes et l’environnement.

Des recherches scientifiques approfondies ont été menées par des instituts, et les autorités sanitaires pour déterminer les tailles de gouttelettes appropriées pour les différents composés. Les buses des équipements de pulvérisation ULV sont soumises à des tests rigoureux avant d’être utilisées par les professionnels de la lutte antivectorielle. Les applications ULV impliquent de très petites quantités d’ingrédients actifs de pesticides par rapport à la taille de la zone traitée.

Il existe un certain nombre d’adulticides homologués en France. Le choix d’un adulticide à utiliser dans une zone donnée doit être effectué par des experts et dépend de plusieurs facteurs tels que : 

  • le type de moustique, 
  • la résistance éventuelle des moustiques à certains types de pesticides, 
  • les conditions météorologiques, etc.

Il est important de souligner que toutes les interventions de lutte contre les moustiques sont menées de manière responsable et respectueuse de l’environnement. 

Les autorités sanitaires fournissent des directives et des recommandations précises pour l’utilisation sûre et efficace des pesticides. Ainsi que pour la protection de l’environnement et de la santé publique.

Source : epa.gov

Poursuivez votre lecture avec : 

ÉCRIVEZ-NOUS !

 Avez-vous des nouvelles sur le secteur de la lutte anti-nuisibles que vous souhaitez partager avec nous? 

Sollicitez la rédaction :  communication@hamelin.info

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
1
Bravo
1
Instructif
1
Intéressant
2

Découvrez aussi

commentaires clos