Dératisation

Chouette effraie : la dernière surveillance des rodenticides révèle des résidus tenaces

Chouette effraie à l'extérieur
©FranceInter
Publicités
Bannière podcast punaise de lit hamelin

Une augmentation des résidus de rodenticide ont été trouvés chez 88 % des effraies des clochers lors de la dernière surveillance annuelle dans le cadre du UK Rodenticide Stewardship Regime, géré par la Campaign for Responsible Rodenticide Use (CRRU). Le chiffre de l’année précédente était de 87 %.

Rodenticide : le code CRRU 

Depuis que ce dernier échantillon de restes de chouettes effraies a été collecté en 2020, la CRRU a publié un code de bonnes pratiques pour la lutte contre les rongeurs nuisibles ainsi qu’un guide pratique d’utilisation sous forme de bulletin. 

Mis à jour et très détaillés, ces deux documents sont accessibles gratuitement pour les techniciens hygiénistes, les agriculteurs et les gardes-chasse.

Le Dr Alan Buckle, président de la CRRU, a déclaré : « Ces publications soutiennent la formation et la certification des utilisateurs, le contrôle sécurisé au point de vente qui garantit un accès professionnel aux rodenticides, la promotion à grande échelle d’une utilisation responsable, et les normes intégrées et contrôlées des programmes d’assurance agricole.”

 

« Parmi les techniciens anti-nuisibles, les agriculteurs et les gardes-chasse, trois enquêtes à grande échelle sur les connaissances, les attitudes et les pratiques menées depuis 2015 ont révélé de fortes augmentations de la sensibilisation à la gestion des rodenticides et une amélioration significative des bonnes pratiques, par exemple une réduction marquée de l’appâtage permanent.”

« Cependant, il n’est pas rassurant qu’un seul des 100 hiboux morts, pour la deuxième année consécutive, présente des signes indiquant que le rodenticide pourrait avoir contribué à la cause de la mort. La plupart sont morts de malnutrition ou d’une collision routière. »

Par rapport à l’année précédente, parmi les composés rodenticides spécifiques, l’étude a révélé une augmentation de l’incidence des résidus de diféthialone et de brodifacoum, à des niveaux plus élevés. 

Selon le Dr Buckle, la plupart  de ces augmentations sont « faibles » et peuvent  être le résultat d’une plus grande utilisation de ces substances en raison de la propagation de la résistance aux anticoagulants chez les rats et les souris.

Le Dr Buckle a déclaré : « Afin que les régulateurs gouvernementaux considèrent que la gestion des rodenticides est efficace, les chouettes effraies sont la sentinelle officielle en prévision des réductions continues des résidus de rodenticides transportés par la faune non ciblée.”

« Sans de telles preuves, nous pourrions nous attendre à des restrictions plus strictes sur la manière dont les rodenticides peuvent être utilisés, et par qui. Il est clair que la responsabilité d’éliminer les mauvaises pratiques est entre les mains de tous les utilisateurs. »

Source : Pest Magazine 

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
1
Bravo
0
Instructif
2
Intéressant
2

Découvrez aussi

commentaires clos