Désinsectisation

Mouskit, la lutte ludique contre le moustique tigre

©smuay

Le Mouskit est un kit pédagogique pour apprendre à lutter contre Aedes albopictus – le moustique tigre. Lancé en 2018 pour améliorer les connaissances des adolescents sur les moustiques, il est désormais proposé sous forme de site web. Ses contenus mis à jour permettent d’inculquer de nouveaux comportements pour favoriser le contrôle des populations de moustiques à niveau individuel et collectif. Décryptage.

Le Mouskit, un kit pédagogique scientifique et ludique

Qu’est-ce que le Mouskit ?

Véritable kit pédagogique, le Mouskit est un outil qui permet de mettre en place auprès des jeunes des interventions clés en mains sur le moustique tigre (Aedes albopictus). L’objectif est de :

À qui s’adresse le Mouskit ?

  1. Les professeurs des écoles et enseignants de collèges dans le cadre des programmes scolaires (en sciences et technologie, SVT, géographie…),
  2. Les animateurs dans le cadre d’activités périscolaires,
  3. Les animateurs des centres de loisirs sans hébergement (CLSH),
  4. Les jeunes, qui peuvent découvrir par eux-mêmes une sélection d’outils et d’activités sur le site (onglet Junior).

©Le Mouskit

Le Mouskit, un outil clé en main qui s’intègre dans les programmes scolaires

L’objectif de Mouskit

L’objectif du kit pédagogique Mouskit est de lutter contre le moustique tigre, qui est un moustique vecteur de maladies. Les thématiques autour du moustique font partie des programmes scolaires. L’enseignant peut donc utiliser le kit et l’intégrer dans son programme. À chaque étape de la scolarité, il peut s’appuyer sur des activités clé en main, proposées dans le kit.

Le public ciblé par les activités sont des élèves de 9 à 15 ans :

  • CM2 en priorité, de façon facultative pour les CM1 et 6èmes (cycle 3)
  • Collégiens de 3èmes (cycle 4)
  • Enfants de la tranche d’âge accueillis en temps d’activités périscolaires ou centre de loisirs

Des activités pour tous

En maternelle, on découvre le monde vivant et différents milieux. L’enfant observe les différentes manifestations de la vie animale : naissance, croissance, reproduction, vieillissement, mort.

L’enseignant aborde alors la protection du vivant et son environnement avec des notions d’attitude responsable.

En CP, CE1, CE2, on questionne le monde. Il s’agit d’identifier les interactions des êtres vivants entre eux et avec leur milieu. Cela passe par l’observation des animaux et des végétaux et la réalisation de petits écosystèmes.

En CM1, CM2, 6ème on décrit comment les êtres vivants se développent et se reproduisent. On étudie alors les différents stades de développement (œuf-larve-adulte). On explique l’origine de la matière organique des êtres vivants et son devenir. La classe identifie des enjeux liés à l’environnement. Puis elle apprend la répartition des êtres vivants et le peuplement des milieux.

À partir de la 5ème, on explique comment une activité humaine peut modifier les écosystèmes.

Puis au lycée, la lutte antivectorielle apparait en tant que telle dans les programmes. Les enjeux autour des moustiques peuvent servir d’exemples en SVT ou dans d’autres matières.

Comment ça marche ?

Une démarche en trois étapes

  1. Évaluation des connaissances et temps de travail sur les représentations,
  2. Apport de connaissances scientifiques,
  3. Réalisation d’activités pédagogiques.

Les supports disponibles

Tous les supports sont imprimables :

  • Un mode d’emploi de l’outil, des pistes d’utilisation des contenus et une bibliographie pour préparer les activités
  • Des diaporamas pour différents cycles scolaires (CM1,CM2,6ème,etc.)
  • 11 fiches pour compléter les connaissances : sur le moustique tigre, les maladies vectorielles, la destruction des gites larvaires, la protection contre les piqûres, la transmission du virus d’homme à homme par le moustique…
  • 11 activités pédagogiques au choix : comment reconnaître un gîte larvaire, créer un piège à insectes, le “jeu du chasseur de moustiques” et son diplôme, la chasse aux gites larvaires virtuelle, des quiz, des diaporamas…
  • Une brochure à remettre aux enfants
  • Un questionnaire d’évaluation de l’outil
  • Une charte d’engagement

Pourquoi créer un outil pédagogique contre le moustique tigre ?

Le moustique tigre est présent dans 64 départements français. Il a colonisé les 6 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et les 10 de la région Occitanie.

Ce moustique, comme tous les moustiques, est un facteur de nuisance. Mais il est également vecteur de maladies telles que la dengue, le chikungunya et le Zika. Durant l’été 2017, 17 cas autochtones de chikungunya ont été recensés dans le Var.

Aedes albopictus est fortement affilié à l’homme car il vit près de nos habitations. La lutte contre sa prolifération consiste avant tout à éviter qu’il se reproduise. Pour cela, il faut détruire ses œufs et donc supprimer les gîtes larvaires (l’eau dans laquelle la femme moustique pond). Tout le monde peut agir dès le printemps pour détruire les larves.

Le ministère de la Santé active le plan anti-dissémination du chikungunya, de la dengue et du Zika chaque année entre mai et novembre afin de contrôler la prolifération du moustique. Mais il est aussi nécessaire de sensibiliser la population afin qu’elle se mobilise et adopte des gestes simples de prévention. Cette prévention permet de se protéger et d’empêcher la prolifération du moustique. Il s’agit notamment de supprimer les gîtes larvaires, autrement dit les lieux de ponte et de développement.

Cette lutte est donc l’affaire de tous. L’adoption de nouveaux comportements individuels et collectifs peut permettre de limiter le développement et la prolifération des moustiques. La lutte contre ce moustique doit en effet préserver l’environnement. Les enfants et adolescents doivent donc être capables d’identifier et détruire les gîtes larvaires. Ils doivent aussi comprendre les enjeux de la lutte antivectorielle.

C’est pour cela que le CRES a développé cet outil avec ses partenaires : ARS PACA et Occitanie, centre hospitalier du Pays d’Aix, villes d’Aix-en-Provence et de Marseille, régions académiques Occitanie et PACA, Conseil départemental du Var, CNEV, Graine Occitanie et EID Méditerranée.

À lire également : Lâcher de moustiques stériles par drone, l’île de La Réunion fait le buzzz…

Source : Mouskit.org

lire également :

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
4
J'adore
4
Etonnant
4

Découvrez aussi

Découvrez aussi

commentaires clos