Environnement de travail

Souris sous surveillance : la CEPA et l’Europe pèsent l’avenir de la lutte antiparasitaire

tapette à souris dans un batiment
@as

La Confédération européenne des associations de lutte contre les nuisibles (CEPA) a récemment exprimé son soutien au projet de décision de la Commission européenne sur l’utilisation des rodenticides antivitamine K (AVK) pour la lutte contre les souris à l’intérieur des bâtiments. Cette position fait suite à la publication par l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) d’un rapport en janvier 2023 recommandant l’utilisation préférentielle de pièges mécaniques comme alternative aux anticoagulants pour contrôler les infestations de souris à l’intérieur des bâtiments.

L’évaluation de l’ECHA et les premières réactions

L’évaluation de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a constitué une étape cruciale dans la compréhension des alternatives aux rodenticides anticoagulants (AVK) pour la lutte contre les souris à l’intérieur des locaux. Le rapport de l’ECHA, publié en janvier 2023, a mis en évidence les pièges mécaniques comme une option viable pour réduire la dépendance aux anticoagulants dans le contrôle des infestations de souris. L’évaluation a été considérée comme une occasion de repenser les méthodes de lutte contre les nuisibles, mais elle a également suscité des inquiétudes.

Les premières réactions, notamment celles de la British Pest Control Association (BPCA), ont mis en doute la faisabilité pratique des pièges mécaniques en tant qu’alternative efficace. Fondées sur l’expérience directe des professionnels de la lutte contre les nuisibles, ces réactions ont mis en évidence les difficultés potentielles liées à l’efficacité, à la rapidité d’action et à la couverture complète des infestations par les pièges mécaniques.
Ces préoccupations initiales ont alimenté un débat crucial sur les approches les plus efficaces et les plus pratiques pour lutter contre les infestations de souris à l’intérieur des bâtiments.

La position de la CEPA et ses observations

La CEPA a vigoureusement plaidé contre une éventuelle interdiction des rodenticides anticoagulants à travers l’Europe, arguant qu’ils représentent un outil essentiel dans le contrôle des infestations de souris en intérieur.
Cependant, bien que la CEPA accueille favorablement la décision de ne pas interdire les AVK, elle émet des réserves quant à la clarté de cette décision. Elle pointe du doigt une possible insuffisance de base scientifique dans l’évaluation de l’UE-BPC, appelant à une approche plus détaillée et rigoureuse.

« Ce résultat est positif pour nous, bien que nous aurions préféré une décision plus explicite quant à l’évaluation de l’UE-BPC. Toutefois, des efforts supplémentaires semblent nécessaires au niveau national dans certains pays, en accord avec l’engagement global de la CEPA visant à garantir l’accès à tous les outils essentiels pour contrer efficacement les risques inacceptables« , a souligné un représentant de la CEPA.

Cette position met en lumière la complexité de la question, conciliant la reconnaissance des efforts pour explorer des alternatives avec la nécessité d’une évaluation approfondie et équilibrée des solutions proposées. La CEPA cherche à garantir que toute décision prise à l’échelle européenne tienne compte des réalités pratiques du contrôle des infestations de souris en intérieur, tout en favorisant des approches innovantes et durables.

Perspectives futures et attentes

À l’approche de l’adoption formelle de la décision par la Commission européenne début 2024, l’attention se tourne vers les prochaines étapes. Il est essentiel de poursuivre les discussions entre les acteurs de l’industrie, les régulateurs et les scientifiques pour développer des approches intégrant à la fois l’efficacité et la sécurité dans le contrôle des infestations de souris.

Les attentes portent sur la mise en place d’un dialogue continu pour élaborer des solutions plus complètes et équilibrées, prenant en considération les différentes perspectives tout en garantissant la sécurité et l’efficacité des méthodes de lutte antiparasitaire.

Il est primordial d’encourager la recherche et le développement de techniques novatrices et durables, tout en assurant la disponibilité d’options pratiques et efficaces pour les professionnels de la lutte antiparasitaire. Cette phase à venir représente une opportunité de trouver un équilibre entre la protection de la santé publique et de l’environnement, tout en maintenant des normes élevées en matière de lutte contre les infestations de souris à l’intérieur des bâtiments.

L’approche de la CEPA vis-à-vis du projet de décision sur les rodenticides AVK en Europe reflète un équilibre délicat. Il s’agit de reconnaître la décision actuelle tout en soulignant la nécessité d’une approche plus détaillée et scientifiquement fondée. La bataille pour garantir l’accès à des outils essentiels pour contrôler les infestations de souris se poursuit. La vigilance et la coopération restent essentielles pour relever efficacement ces défis en Europe.

La voix des professionnels de la lutte antiparasitaire: un enjeu clé dans la gestion des infestations de souris

Dans un récent post publié sur les réseaux sociaux de notre média, la CS3D a mis en lumière l’importance des retours d’expérience des professionnels de la lutte antiparasitaire, soulignant leur rôle essentiel dans la formation des politiques publiques européennes.
La CS3D, à la demande de la CEPA, a lancé un appel à tous les professionnels de la lutte antiparasitaire pour participer à une enquête qui vise à dresser un panorama des méthodes actuellement utilisées pour éradiquer les souris en intérieur.

Cette initiative, selon la CS3D, est cruciale pour façonner l’avenir de la profession et garantir que les décisions de la Commission européenne reflètent la réalité et les besoins des experts en lutte antiparasitaire.
L’approche collaborative entre la CEPA et la CS3D, ainsi que la participation active des professionnels de la lutte antiparasitaire, sont essentielles pour trouver un équilibre entre la protection de la santé publique et de l’environnement, et le maintien d’une lutte efficace contre les infestations de souris à l’intérieur des bâtiments.
La voix des professionnels est non seulement importante pour évaluer l’efficacité des méthodes actuelles, mais aussi pour explorer des alternatives innovantes et durables.

Source : CEPA 

ÉCRIVEZ-NOUS !
Avez-vous des nouvelles sur le secteur de la lutte anti-nuisibles que vous souhaitez partager avec nous?
Sollicitez la rédaction :  communication@hamelin.info

Lire également :
Appâtage permanent & rodonticides : une pratique interdite en France
CEPA Certified : pour qui ? pour quoi faire ?
CEPA : les points forts du rapport annuel du secteur des 3D
Mission possible : dynamiser la relève dans le secteur lutte antiparasitaire

 

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
3
Bravo
3
Instructif
4
Intéressant
2

Découvrez aussi

commentaires clos