Business

Substances toxiques : l’agence européenne EFSA est remise en cause.

Drapeau européen

L’association collective « Secrets Toxiques » poursuit l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) chargée d’évaluer les pesticides. Elle remet en cause le contrôle des produits phytopharmaceutiques et exige de mettre en place une procédure qui permet de prendre en compte les « effets cocktails » dans leur analyse.

Une étude révèle des substances toxiques 

Une étude menée par les chercheurs Gilles-Éric Séralini et Gérald Jungers a révélé que quatorze herbicides vendus dans les commerces pour les particuliers présentaient des substances toxiques telles que l’arsenic et des métaux lourds. Une plainte contre X a été déposée au pénal en décembre dernier car ces substances n’ont pas été déclarées sur les étiquettes. 

« Ces substances sont présentes à des doses suffisantes pour entraîner des tumeurs ou des maladies immunitaires », dénonce le Pr Séralini.

Baptisé Secrets Toxiques, le collectif composé de ​9 associations a réuni plus de 14 000 signatures. Elles ont pour objectif de pousser plus loin la procédure en remettant en cause le système d’évaluation des pesticides et en exigeant leur retrait sur le marché français et européen.

« Le problème, c’est l’application de la législation européenne, explique l’avocat Guillaume Tumerelle. ​Car comme l’a précisé la Cour de justice européenne dans une décision du 1er octobre 2019, tous les principes actifs doivent être analysés, ainsi que les effets cocktails, c’est-à-dire les effets cumulés entre les substances contenues dans un même produit. »

D’après l’EFSA néanmoins, toutes les analyses des substances actives présentes dans les produits phytopharmaceutiques sont réalisées uniquement à partir des indications figurant sur l’étiquette et déclarées par les industriels. L’agence européenne affirme que ce sont les Etats membres qui évaluent ou réévaluent la sécurité́ de la formulation complète des pesticides vendus sur leur territoire. 

 « Ce n’est pas le cas aujourd’hui avec l’Anses qui ne vérifie pas les effets à long terme de toxicité ou cancérogénicité des produits commercialisés, se contentant d’une analyse de toxicité aiguë », explique le collectif Secrets Toxiques.

Un courrier adressé à l’EFSA

L’association soutenue par 119 députés européens et sénateurs français a adressé un courrier à l’EFSA le jeudi 25 février 2021. Ce courrier exige la mise en place d’une procédure qui prend en compte les effets cocktails.

« C’est très important, car il s’agit là de la santé des gens et des écosystèmes », dénonce Michèle Rivasi, députée européenne Les Verts, également signataire du courrier.

On retrouve parmi tous les signataires, le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, le patron du Parti socialiste (PS), Olivier Faure, le député européen Europe Ecologie-Les Verts Yannick Jadot, ou encore l’eurodéputé La République en marche Pascal Canfin et des eurodéputés allemands, belges ou espagnols appartenant au courant écologiste et à la gauche.

Ce courrier évoque « une dernière chance de régulariser la situation sur les produits ciblés », déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures. Il souhaite que tous les pesticides soient abordés de manière protectrice pour la santé et l’environnement tout en effectuant une refonte du système d’homologation. 

L’agence dispose donc d’un délai de deux mois pour y répondre. Si une réponse n’est pas donnée à l’issue de ces deux mois ou qu’elle n’est pas satisfaisante, les élus envisagent de saisir la Cour de justice de l’Union européenne ou le Parlement européen.

Source : https://www.ouest-france.fr/environnement/pesticides/pesticides-toxiques-l-agence-d-evaluation-europeenne-mise-en-cause-7168267

 

Bannière Ratdown

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
3
J'adore
3
Etonnant
1

Découvrez aussi

Découvrez aussi

commentaires clos