DésinsectisationInsectes Volants

Frelon oriental : découverte d’un frelon inédit en France

©ASakoulis

Le frelon oriental est une espèce de frelon repérée pour la première fois à Marseille en septembre 2021. Dangereux et invasif, Vespa orientalis – de son nom scientifique – pourrait causer des dégâts importants, notamment chez les apiculteurs.

Par Hélène FRONTIER

Un nouveau frelon sur le territoire français

Jusqu’à présent inédit pour la faune de France, le frelon oriental (Vespa orientalis) a été repéré en septembre 2021 par une équipe d’entomologistes. Ces derniers effectuaient une étude de la faune et la flore marseillaise. Les scientifiques ont détecté plusieurs spécimens dans un site industriel à l’abandon. Ils ont publié cette découverte dans la revue scientifique Faunitaxys en octobre 2021.

Lors de cette observation, le frelon oriental était en compagnie du frelon européen (Vespa crabro) et du frelon asiatique (Vespa velutina). L’équipe a prélevé au total 18 ouvrières Vespa orientalis.

ensystex-bannière

Les scientifiques discutent sur l’origine de son apparition en France et sur son installation. Le frelon oriental serait arrivé en métropole par bateau selon Gérard Filippi, l’un des entomologistes de l’étude. Ils ont été trouvés près du ruisseau des Aygalades qui, au Sud, se jette dans le port de Marseille.

Portait du frelon oriental

L’aire de répartition du frelon oriental est étendue. Il aime les écosystèmes méditerranéens. C’est un synanthrope, cela signifie qu’il vit près de l’homme. Il s’adapte en effet aux conditions environnementales créées ou modifiées par l’activité humaine. Il peut donc habiter des écosystèmes urbains.

Le frelon oriental a une capacité d’expansion très rapide, « comme tous les vespidés », précise Eric Darrouzet, enseignant-chercheur à l’université de Tours et spécialiste du frelon asiatique. Il continue : « C’est lié à leur environnement et à leur biologie. Les vespidés vivent en société. De plus, ils sont capables de produire un grand nombre d’individus. Le frelon asiatique, pour sa part, se protège vis-à-vis des agresseurs et de l’environnement. C’est également un prédateur opportuniste et généraliste. Il chasse un grand nombre d’insectes. Il peut aussi chercher des protéines sur des cadavres de vertébrés ».

Dans les territoires où le frelon oriental est installé durablement, il semble inutile de vouloir lutter contre les essaims qui se multiplient trop vite, indique Gérard Filippi.  Il est donc crucial de trouver les nids le plus vite possible afin de les détruire pour ralentir la progression de l’insecte.

ensystex-bannière

On a déjà du mal à repérer les nids de frelons asiatiques, et de vespidés en général. Il en sera de même pour les nids de frelons orientaux. « Les nids seraient généralement situés dans des lieux clos, comme l’intérieur d’une grange, sous un toit… » confirme Eric Darrouzet. Les nids exposés possèdent une enveloppe, les nids souterrains n’en ont pas.

Comment reconnaître Vespa orientalis ?

Vespa orientalis se distingue des 21 autres espèces de frelons connues dans le monde grâce à sa couleur rousse. Quasi « imberbe » à l’œil nu, il se caractérise aussi par sa faible pilosité. Le frelon oriental détient également une partie jaune sur l’abdomen et au niveau de la face antérieure de la tête.

Ce nouveau frelon est plus gros que le frelon asiatique. Les reines mesurent entre 25 et 35 millimètres, les mâles et les ouvrières 25 millimètres au maximum.

Le frelon oriental, une espèce très dangereuse ?

L’apparition du frelon oriental en France n’est pas une bonne nouvelle. Les médias s’emparent du sujet et qualifient l’espèce de « très dangereuse » et très invasive. Le frelon oriental est réputé plus agressif que le frelon européen et le frelon asiatique. L’est-il vraiment ? En tout état de cause, il ne représente pas une plus grande menace directe pour l’homme.

En revanche, la présence de ce nouveau frelon s’ajoute à celle du frelon asiatique (Vespa velutina) qui fait déjà des ravages en France depuis quelques années.

A ce sujet, Eric Darrouzet précise que « les problèmes que nous rencontrerons avec Vespa orientalis seront certainement les mêmes que ceux que nous rencontrons avec le frelon asiatique ». Et d’ajouter : « Mais au fond on ne sait pas ! Nous n’avons pas encore assez de données sur la présence du frelon oriental en France. On a déjà eu des cas de colonies de vespidés qui se sont installées sur un nouveau territoire mais qui n’ont pas réussi à s’y implanter. »

En définitive, on méconnait pour l’instant la densité des colonies de Vespa orientalis. On ne sait pas non plus pour l’heure s’il va s’installer durablement. Difficile donc pour le moment de conjecturer, insiste Monsieur Darrouzet.

Quels risques représente ce nouveau frelon pour l’humain ?

Le frelon oriental n’est pas plus dangereux pour l’homme que les autres espèces présentes sur le territoire.

Une piqûre de frelon, peu importe son espèce, est douloureuse. Au niveau de la gorge ou de la bouche, elle peut entrainer des difficultés respiratoires. Elle peut s’avérer mortelle en cas de réaction allergique au venin de frelon. Plus gros qu’une guêpe, le frelon peut piquer plusieurs fois un être humain car son dard ne reste pas dans la peau.

Il faut donc éviter de s’approcher d’un essaim sans équipement de protection adapté. Et les techniciens hygiénistes doivent prendre toutes les précautions requises lors d’une intervention contre un nid de frelons.

Le frelon oriental attaque les abeilles

Il semblerait que l’utilisation de certains produits chimiques soit l’une des principales causes de disparition des abeilles. Mais on sait également que le frelon asiatique, arrivé en 2004 en France, fait énormément de ravages. Les apiculteurs se demandent donc comment ils vont faire face à ce nouvel adversaire.

En effet, tout comme le frelon asiatique, le frelon oriental est un redoutable prédateur pour les abeilles domestiques. Sa présence près des ruches pourrait provoquer de véritables dégâts dans les ruchers.

ensystex-bannière

Interrogé sur ce sujet, Eric Darrouzet indique qu’en matière de lutte, les outils contre ce frelon seront ceux qu’on connait déjà pour le frelon asiatique. « En lutte préventive, des pièges posés au début du printemps, ne servent qu’à limiter le nombre potentiel de colonies qui réussiront à se fonder, mais non à éradiquer la population invasive. Mais leur efficacité reste encore à démontrer. Pour une lutte certainement plus efficace et sélective, il faudrait pouvoir développer des pièges à base de phéromones… »

Pour rappel, les pièges à base de phéromones sexuelles ou à base de phéromones d’alarmes ne sont pas encore disponibles sur le marché. Le chercheur est d’ailleurs sur le pied de guerre pour y remédier. A l’heure actuelle, la seule lutte curative disponible repose sur l’application de biocides, ce qui pose un certain nombre de problèmes.

Lire : Enfin la solution miracle contre le frelon asiatique ?

Vespa bicolor : une autre espèce sur le point d’arriver en France ?

Selon monsieur Darrouzet, un troisième frelon pourrait bien faire son apparition en France. Vespa bicolor est également une espèce asiatique récemment arrivée dans le Sud de l’Espagne. « Elle risque de remonter comme le Vespa velutina », prévient-il.

Vespa bicolor est une espèce qu’on retrouve généralement en Asie méridionale. Cette nouvelle espèce a été introduite accidentellement en Europe probablement par des transports de marchandises. Ces espèces s’acclimatent d’autant plus facilement à leur nouvel environnement avec le réchauffement climatique et l’urbanisation.

« Nous n’arrivons pas encore à rechercher les nids de frelons de manière active, c’est toujours un hasard quand on en trouve un », s’inquiète Monsieur Darrouzet qui précise que le problème est donc le même pour Vespa velutina, Vespa orientalis et Vespa bicolor.

Pour aller plus loin: Un nouveau frelon invasif (Vespa orientalis)! [chaine Youtube d’Eric Darrouzet]

Source : Faunitaxys

Que pensez-vous de cet article?

J'aime
8
J'adore
5
Etonnant
2

Découvrez aussi

commentaires clos